Articles avec #irlande ring of kerry tag

Publié le 22 Novembre 2013

 

 Bandeau Ring of Kerry

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma fille - Mise en route

Le 13 & 14 septembre 2013

"Papa, je voudrais faire The Ring of Kerry avec toi, en vélo".... C'est comme cela que tout a commencé au début du printemps de cette année. Nos racines irlandaises, son voyage de l'an dernier à Cashel et son attirance particulière pour ce pays magnifique avaient semé la graine. Y'avait plus qu'à ...

Pour Jenny, le préparatifs cyclopédiques seront très succints: ce sera un coup de vélo le long du Canal de l'Ourcq, histoire de faire connaissance avec l'âne de métal qui allait être sa monture pendant la semaine de voyage. Accessoirement, tester la réaction des mollets. Quelques achats essentiels compte tenu du climat potentiel, plus un équipement de base pour le voyage (sacoches ARR et de Guidon) et nous voilà "fins prêts".

Côté organisation on s'était partagé la tâche. Ma fille s'occupait des étapes (itinéraire, distance journalière, B&B...) et moi je m'occupais de la logistique (résas train de Paris Montparnasse à Morlaix, Ferry Roscoff-Cork, train Cork Kilarney... et retour).

Pour les repas, on verrait sur place, en fonction de la météo.

J'ai toujours aimé préparer mes voyages en vélo, étudier les cartes, regarder des photos des endroits traversés, imaginer, rêver... Je trouve cette phase très passionnante. C'est déjà le voyage !

Je ne savais pas que c'était héréditaire ... Quelques semaines avant le départ, ma fille m'adresse un dossier avec cartes et photos, confirmations de chambres d'hôtes avec garages à vélos, sites touristiques méritant la visite ou le détour, etc.... de la belle ouvrage ! Ca augurait bien. 

De mon côté les résas de TGV, de Ferry et des Chemins de Fer Irlandais qui devaient nous amener à Kilarney, ville de départ du Ring of Kerry, étaient faites. 

13 septembre au matin: gris, maussade, bruine.

Jenny arrive à la maison avec ses deux sacoches ARR et sa sacoche de guidon, déjà habillée pour l'exercice, prête à partir. Après avoir bâté les mulets et expliqué le trajet jusqu'à la gare, on se met en route vers Montparnasse vers 9h30, pour un train à 11h et quelques.. A "Arts et Métiers" la bruine se transforme en pluie franche et froide. On passe St Michel, St Sulpice, on remonte la rue de Rennes et c'est enfin Montparnasse... doublement "Bienvenüe" quand on considère la météo. Pour Jenny c'était le baptême du feu. C'était son premier coup de vélo dans Paris... Impressionnant, mais on s'y fait vite !

Comme d'hab.  j'entre dans la gare par le mini escalator sur la gauche, rue du Cdt René Mouchotte. (J'apprendrai au retour qu'il est possible d'entrer "à niveau" en empruntant les accès taxis...).

Comme d'hab. je me bagarre avec les deux poteaux en inox au pied de l'escalator: espace de passage 10cm plus étroit que mes sacoches arrière...

Ca passe !... le vélo commence à monter sur l'escalier mécanique mais cette fois-ci il se met à glisser en arrière cause pneus mouillés n'adhérant pas sur les marches en métal... En deux secondes je suis sur le dos, le vélo retourné sur moi ! Un homme se précipite pour m'aider à tout remettre debout... L'escalator nous vomit en vrac dans la salle des pas perdus. Un peu désordre... j'avais pas l'air malin !  Le pire c'est que Jenny -très inquiète- devait s'imaginer le voyage 'Over'...

Inspection rapide de la monture et du cavalier: tout est OK. Pas de casse, hormis mon mât à drapeaux qui avait perdu 20cm dans la chute et le porte bagages ARR légèrement décentré.

Toute la première partie des quais est bouclée par la police. Colis suspect dans un TGV. Attente indéterminée.. heureusement qu'on avait de la marge.. Ca continue de bien commencer ! J'en profite pour passer au guichet d'infos pour un premier coup de tampon dans le carnet. 

Après une courte attente, quai 4 annoncé: on fonce, d'autant plus qu'on est en tête de train, juste derrière la loco. Débâtage habituel, Jenny s'occupe des bagages, moi des vélos.

Mes-images--9 7725Vaut mieux les mettre dans le sens de la descente, c'est plus simple pous sortir...


En route ! Morlaix, c'est loin: 4h10 de train car au-delà du Mans on caracole sur voies classiques.

La consolation c'est que plus on avance vers l'ouest, plus la météo s'arrange. 15h30 : on y est enfin. Le ciel est clair.

Longue descente vers le centre ville. Passage à l'OT pour un coup de tampon. Ils nous recommandent la Voie Verte plutôt que la Corniche. Alors va pour la voie verte ! Sauf que.... pour rattraper la voie verte il fallait remonter sur le plateau, au même niveau que la gare, à la hauteur du viaduc... La mise en jambes est sérieuse ! Elle occasionne un arrêt à mi pente pour souffler et remettre du pétrole dans les mollets de la cycliste.


Mes-images--9 7726Toujours prévoir pour la fringale..

La sortie de Morlaix est fantaisiste, mal balisée, entraînant des kilomètres supplémentaires, dont on se serait bien passés.  

Le début de notre route serpente à travers des zones commerciales et pavillonnaires. Heureusement, des passants nous remettent sur la bonne voie. On passe Penzé. C'est marée basse. La rivière est trés envasée. Beaucoup d'oiseaux. Un peu plus loin des berges surplombées de pins: véritables estampes japonaises. Le vert vif des 'feuillages', le roux de l'écorce et des pommes de pin, le gris de la roche, de la vase... C'est splendide.

 

Mes-images--9 7734Un rayon de soleil aurait peut-être tout gâché...

Saint Pol de Léon, nouvelle fringale de Jenny. Cette fois-ci le traîtement est "Heavy Duty": un kouign-amann, l'EPO breton. .. et elle repart comme une fusée pour les derniers petits kilomètres qui nous séparaient de Roscoff.

Mes-images--9 7737

C'est le pays de l'oignon, de l'artichaut, de la culture maraîchère, mais aussi des bananiers et des hortensias. Le climat ici est doux... aujourd'hui, pas assez pour tomber la veste mais trop pour la garder... 

Mes-images--9 7735La Vierge Marie dans un Pentagramme ?

Manquerait plus que l'étoile soit rouge...

A 19h10 on est au port. Enregistrement très rapide et longue attente avant d'embarquer. Trois autres cyclistes attendent dans la file: deux Irlandais de Cork et un Breton du Faouet. Brin de causette obligatoire et finalement c'est notre tour.

Mes-images--9 7741

Le "Pont Aven", la bouche grande ouverte pour avaler camions, voitures et menu fretin...

Mes-images--9 7743Là, on est vraiment en route !

Les vélos sont attachés au bout du pont à voitures. Super cabine et diner au restaurant 'chicos'. Le repas est excellent ! On l'a bien mérité !

Mes-images--9 7748

Cabine pour 4.. les deux couchettes supérieures sont repliées...

Les côtes, le vent et la pluie ont eu raison des cyclistes fourbus. 1ere journée déjà pleine d'aventures !

 

Nuit en morse avec plus de points que de tirets...Assez mal dormi. Les cabines sont confortables et fonctionnelles mais les lits sont basiques et durs.. Pas de bruit hormis un léger vrombissement des moteurs du Ferry.. On file à 20 noeuds.. On est réveillés par une petite musique celtique... bien agréable. Le ciel est chargé mais il ne pleut pas ...

Il est à peine 7h00. Faut se lever et surtout ne pas louper le petit déj. On ne pédale pas bien le ventre vide ! 

Il est encore tôt.

Mes-images--9 7758

Encore trois heures de navigation avant d'arriver à Cork. Devant le navire, le ciel s'est dégagé. On aperçoit la terre. Derrière, le ciel est noir et le sillage moutonneux. C'est très beau !

Mes-images--9 7777

Mes-images--9 7785

Mes-images--9 7761Jenny sur l'hélipont.. pas bien grande face à l'immensité de l'océan...

On fait le tour des différents ponts. Tout est nickel !

Mes-images--9 7774

Il fait froid et le vent souffle. On se met à l'abri, derrière un grand hublot d'observation, à l'avant et soudain, on aperçoit à tribord, des dauphins faisant des bonds, accompagnant le bateau. La danse dure 2 ou 3 minutes et c'est fini ! Quel cadeau de bienvenue !

Retour à la cabine, derniers préparatifs pour l'arrivée, dans une heure. La côte devient claire: champs, falaises, maisons isolées, éoliennes.... le tout sous un grand soleil.

Mes-images--9 7764

On débarque et on file vers la sortie du port. Je garde un oeil sur les Irlandais, loin devant nous. A la hauteur du pub "Shamrock", on quitte la nationale, virant à droite pour prendre une petite route 'forestière'. Elle nous mène à la 610 qui longe la côte, permettant de rejoindre la "scenic route" un peu plus loin.

018Au bout de la baie on rejoint la route 610

A Monktown on s'arrête un instant pour remonter les rétros à droite. A gauche ils ne servaient pas à grand chose. Une petite dame nous demande si on a besoin d'aide. On profite de son offre pour remplir les gourdes dans sa salle de bains. L'accueil est chaleureux !

Mes-images--9 7800Accrochées à un mur, les marguerites profitent du soleil !

La route suit la côte. Elle est bordée de maisons peintes de toutes les couleurs. Les jardins sont remplis de fuschias, de roses et d'arbres tropicaux. Splendide !

Mes-images--9 7801Bel alignement de 'row houses'

On rejoint les deux Irlandais un peu plus loin. Ils nous guident vers la "scenic route" qui emprunte une vieille voie de chemin de fer.

Mes-images--9 7802Belle propriété le long de la scenic route

Soucieux de nous mener à bon port, ils nous accompagnent jusqu'à la gare. Photo obligatoire ! Au niveau gentillesse, notre périple commencait très bien !

Mes-images--9 7803Les deux amis

On se quitte. Pour eux c'est la fin du voyage, pour nous le début de notre aventure irlandaise. 

On imprime les billets et on se fait expliquer le fonctionnement du retour car je n'avais pas réussi à valider la résa des vélos sur le dernier tronçon. (Il n'y a que très peu de places 'vélo' dans les trains 'régionaux'. Il est impératif de s'y prendre très à l'avance si on veut éviter les déconvenues...).

Jenny a faim ! Ce sera sandwiches et coca que l'on déguste assis parterre au bout de la station de taxis, dans le parking de la gare. Il fait un temps radieux !

020Grand beau !

Quelques échanges avec les chauffeurs, curieux de voir les deux extra-terrestres pique-niquer dans un lieu pareil !

 

Mes-images--9 7810Pas besoin de table de pique nique

Mes-images--9 7812

Le linge donnait un peu de gaité à la grisaille des maisons

14h20. Les vélos sont chargés tout montés dans un wagon de frêt super spacieux et les cyclistes installés à leurs places. Il n'y a que 20 minutes jusqu'à Mallow où l'on doit changer de train pour Killarney. Il est déjà à quai quand on arrive. Cette fois-ci pas de chance, il faut tout démonter car, si les cyclistes voyagent assis, les vélos eux, voyagent debout, côte à côte, les roues ARR coincées dans des gouttières étroites que les dérailleurs et garde-boue arrière n'aiment pas du tout...

Mes-images--9 7813

Jenny charge les sacs, moi les vélos. Notre compartiment est juste à côté de la cabine du chauffeur de la Micheline. Brin de causette. Il nous rassure. On aura tout le temps nécessaire à Killarney pour "débarquer". J'espère seulement qu'on n'aura pas à emprunter de passerelle pour sortir de la gare... 

Une heure plus tard, après un coup de klaxon à chaque passage à niveau, le train arrive en cul de sac en gare de Killarney. La sortie en ville est du même côté que le quai. En trois minutes tout est chargé et les ânes prêts à reprendre la route vers le B&B que Jenny a reservé.

Hôtel sympa. Bref arrêt pour déposer les sacs et on repart à l'OT pour faire la résa de bateau pour la visite des Skellig islands. Ce sera mardi, si météo OK. Pas de tampon à l'OT. C'est la comptabilité qui l'a et c'est fermé le WE... Tant pis ! (On se rendra rapidement compte que l'Irlande n'a pas, comme la France ou les pays du continent, une "culture tampon". Faire tamponner nos carnets s'est rapidement avéré être aussi difficile que d'affronter le vent ou les côtes de ce merveilleux pays....).

La résa de bateau étant faite on file à Ross Castle, 3 km du centre ville. On aborde le château et le lac par une jolie route de forêt. Le lieu est magique.

077Ross Castle

Mes-images--9 7832

Le château est bâti sur un promontoire qui surplombe le lac. Malheureusement il est fermé quand on arrive. Le paysage, les oiseaux, les lumières, les montagnes à contre-jour et le curieux "parking à bateaux", valent à eux seuls la visite. Le soleil est encore haut. Les couleurs sont douces et belles.

074

Les bords du lac

Mes-images--9 7825


Mes-images--9 7823

Curieux 'garage à bateaux'.. on glisse entre les deux rangées pour trouver sa place...

Mes-images--9 7866

Au fond, le château..

Mes-images--9 7861

Sur le sol irlandais.... Une cycliste heureuse !

Retour au B&B; Douche !! On gare les vélos dans la lingerie. A 19h30 c'est l'appel de la Guinness et du 'fish and chips' dans le pub en face de l'hôtel. Les sandwiches de midi sont loin !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 21 Novembre 2013

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma Fille-Killarney-Rossbeigh.

Jour 3

 

Le 15 septembre 2013. 47km

 

Mauvaise nuit à cause de deux grives saoules rentrées à 4h du matin... Portes qui claquent, gloussements et rires avinés, conversations bruyantes.... la totale pour mettre les cyclistes de bonne humeur.

Debout à 8h00. Petit déj. irlandais pour affronter une météo qui n'augurait rien de bon: oeufs, bacon, saucisses, boudin noir, tomates, haricots (baked beans), toasts, confiture, café....

Le personnel de l'hôtel avait sorti nos vélos de la lingerie. Ils avaient du en baver car les deux ânes étaient attachés l'un à l'autre. Y'avait plus qu'à les bâter.

L'exercice à peine fini, la pluie se met à tomber drue et froide...

 

Mes-images--9 7868

Un bonnet de douche sur le casque et les guètres de son père... pas très élégant, mais efficace !

 

Retour dans le hall pour enfiler pantalon de pluie, vestes et guètres et nous voilà partis sous une averse soutenue, vers le centre ville pour rejoindre le "départ" du Ring of Kerry.

Après maintes investigations et lectures sur le sens à emprunter, on décide de parcourir le fameux anneau dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, c'est à dire comme les bus de touristes....

 

Mes-images--9 7870

Qu'importe la pluie, l'aventure commençait enfin !

 

Une première dizaine de kilomètres pas sympas à cause de la densité de la circulation, de l'étroitesse de la route et de la pluie qui s'installait pour durer.

 

Mes-images--9 7871

L'arbre était très grand et la maison très petite !....

 

Les véhicules nous doublaient larges mais on se prenait des douches d'embruns à chaque dépassement. Le bruit était incessant.

 

Mes-images--9 7874

 

Dommage de ne pas y avoir pensé avant...

 

Sans titre-1

 

Apparition des premières pancartes de limitation de vitesse ... 100 km/h sur des routes étroites et pourries...  On en verra d'autres, plus ahurissantes encore...

A Beaufort Bridge, je propose à Jenny de passer chez le pompiste situé face au pont, histoire d'acheter quelques victuailles pour le pique nique du midi et demander -à tout hasard- s'il peut nous tamponner nos carnets... qu'on ait au moins un tampon en date du 15 !

Achat de pain, de fromage et de 'bologna' (saucisse reconstituée dont vaut mieux pas connaître la composition) dans la station/magasin qui vendait aussi bien de la teinture pour marquer les moutons, des niches pour chiens, des journaux, des conserves et un peu de charcuterie qui se morfondait dans une vitrine bien peu garnie...

 

Mes-images--9 7875

Brendan.

 

On y rencontre Brendan, un Irlandais bien sympa qui nous aborde, curieux de voir des scaphandriers circuler en vélo. Il nous indique une petite route alternative pour rejoindre Killorglin, nous évitant ainsi à circuler sur la "nationale". Bon brin de causette. Il nous recommande chaleureusement de passer par Valentia Island et de considérer une escale à l'hôtel "Moorings" à Port Magee... celui que Jenny avait justement réservé... Heureux de cette rencontre, on se quitte, le remerciant bien vivement pour ses conseils.

 

084

A vendre, à louer....la crise a laissé des traces..

 

Mes-images--9 7877

Moutons songeurs..

 

Mes-images--9 7880

Cycliste heureuse, en plein effort !

 

A peine le pont traversé on se retrouve au calme sur une petite route qui file parallèlement à la "nationale" par bois et villages, jusqu'à Killorglin où on trouve une table de pique-nique le long de la rivière. La pluie avait cessé. Le ciel était encore bien gris mais pas suffisamment menaçant pour effrayer les cyclistes..

 

Mes-images--9 7888

100% chimique, mais quand on a faim on ferme les yeux !

 

Photos de la fameuse chèvre de Killorglin de l'autre côté du pont.

Mes-images--9 7897

La Chèvre Puck

 

Petit tour en ville. Magasins très colorés...

 

 

Mes-images--9 7899

Vantard !!

 

Mes-images--9 7901

Un des nombreux tableaux de gris et de verts...

 

La serveuse d'un pub nous indique la route à suivre pour continuer à éviter la nationale, en passant par Caragh Lake, immense lac en contrebas de la route recommandée, accessible par un petit sentier que Jenny et moi empruntons à tour de rôle, ne voulant pas laisser les ânes seuls sur le bord du chemin...

 

114

Caragh Lake

 

Sur la route, le soleil avait finalement percé la masse nuageuse. Il faisait maintenant beau et même chaud.  Vues splendides au bord de l'eau.

 

Mes-images--9 7923

Remise en route requinqués par le changement de météo, mais avec un fort vent de face... On ne peut pas tout avoir !

Notre petite route débouche sur la nationale que l'on doit emprunter sur quelques kilomètres et c'est enfin Glenbeigh, où l'on bifurque à droite vers Rossbeigh, située au bord d'une péninsule composée de dunes herbeuses et d'une immense plage de sable, orientée Nord/Sud. Le vent est tel que l'on doit s'arrêter plusieurs fois pour reprendre nos esprits, tant il nous saoule... Les côtes s'en mêlent aussi....

 

Mes-images--9 7932

Une fin de parcours éprouvante...

 

Le B & B est sur une hauteur, offrant une vue à couper le souffle de la baie de Dingle.  Devant nous, des kilomètres carrés de crêtes blanches coiffant les vagues qui viennent inlassablement mourir sur le sable.

 

168

Après les moutons à l'unité, les moutons au kilomètre !

 

Les lumières et les couleurs sont magiques, changeant constamment au gré d'un passage nuageux au large. C'est comme un tableau impressionniste vu à travers un kaléidoscope 'grand angle' . Derrière la dune, des prés salés d'herbes et de roseaux.

 

156

Les herbes folles de la dune

 

L'ouïe et la vue sont mis à rude épreuve. On voudrait tout voir, sentir, entendre et emmagasiner pour pouvoir le raconter. Tâche impossible.

 

164 modifié-1

 

Derrière nous, les montagnes formant "notre" côte sont à contre-jour, dessinant des silhouettes de dégradés de gris qui rivalisent avec celles des nuages percés par des rayons de soleil, tel un gigantesque éventail lumineux posé sur la mer.

 

Mes-images--9 7981 modifié-1

On s'installe rapidement au B & B afin de profiter au maximum de cette lumière unique de fin d'après midi.

 

Mes-images--9 7938

Saisissants contrastes de formes et de couleurs !

 

Descente à pied sur l'immense plage de 3km de long pour tâcher de prendre la mesure des éléments....

Mes-images--9 7954

3km de plage parfaitement plane, mais peu de baigneurs...

 

Vent, soleil, eau, herbes folles, contre-jours, embruns, galets rouges, verts, gris...

 

Mes-images--9 7946

Sur la plage, alignements de poteaux en bois... restes d'un quai, d'un brise lames ?

 

On ira jusqu'aux restes d'un bateau cotonnier échoué suite à un incendie, au début du 19ème siècle. Il apparaît et disparaît au gré des marées et du mouvement des sables...

 

Mes-images--9 8003

Malgé la technique, impossible de tout faire rentrer dans la petite boite...

 

Le vent et la marche creusent !

Le seul 'restaurant' de Rossbeigh a fermé définitivement ses portes. Pas d'autre solution que de reprendre les montures, débarrassées des sacoches, et de filer en 'ville' au pub local.

Ambiance très chaleureuse, typique des pubs: tables basses, fauteuils, tapis, cuivres, fléchettes, tableaux d'artistes locaux, long bar en bois...odeurs de bière...

Pour nous ce sera deux faux-filets splendides avec frites taille XXL et légumes d'accompagnement. Le tout, bien arrosé. On l'avait bien mérité !

 

Mes-images--9 8011

Ils nous avaient vus venir: on a eu droit à frites et purée !!

 

Retour à notre B & B dans le noir. C'est la première fois que je me sers de ma lumière... de nuit. Le vent est tombé.

Heureux de parquer les deux ânes de métal dans le couloir de la Guest House et de retrouver l'horizontale après une magnifique journée de contrastes de tous ordres. Que du bonheur !!

Ce qu'il reste du vieux cotonnier.

Ce qu'il reste du vieux cotonnier.

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 20 Novembre 2013

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma Fille. Jour 4

Glenbeigh - Port Magee, via Valentia Island. 44km.

 

A Rossbeigh, pas besoin de berceuses pour dormir; le bruit incessant de la mer et du vent terrasse rapidement les cyclistes repus et fatigués.

Après un super petit déjeuner face à la Péninsule de Dingle, on se met en route à 10h20 habillés pour la circonstance, à savoir habits de pluie de rigueur !

 

Mes-images--9 8019

1er arrêt...

 

Encore de très belles lumières sur la baie. Des rayons de soleil filtrent même à travers les hauts arbres qui bordent la petite route nous ramenant au village.

Début de journée de pédalage avec montées et de vent interminables sur une route très en surplomb de la mer.

 

188

2ème arrêt, mais pour admirer...

 

C'est un peu la " Highway 1" qui longe la côte californienne entre San Francisco et Los Angeles... Il y a même des coins qui rappellent 'Big Sur' tant la mer se déchaîne en contrebas. Quelques 'belvédères' offrent de très belles vues.

 

191

Route côtière magnifique...

Jusqu'à Valentia serons obligés de rester sur la "nationale" car il n'y a pas d'alternatives comme hier.

 

198-copie-1

Big Sur, Californie ? ..

 

Dans un virage,  juste après Kells, un magasin de souvenirs et de produits locaux avec coffee shop permet à Jenny de souffler un peu .... et de parcourir les rayons de pulls en laine et autres très beaux vêtements locaux.

Finalement, vue l'heure, on se laisse tenter par le plat du jour.... un deuxième fish 'n chips avec les traditionnels petits pois écrasés...

Remise en route un peu difficile, mais il faut y aller. Le Ring propose de passer dans Kells et son petit port en contrebas. On n'a pas le courage de descendre vers la mer sachant que le retour ne ferait qu'ajouter une longue côte de plus au palmarès...

La montée continue, interminable, à travers une lande bien éventée, puis c'est une très longue descente vers Cahersiveen qui ne présente réellement que peu d'intérêt: village tout en longueur avec une rue principale bordée de magasins... quelques 'reliques' historiques pour justifier les arrêts des cars de tourisme qui filent plein gaz autour de  l'anneau.

 

Mes-images--9 8038

Monument à la mémoire des Pèlerins des Skellig à l'entrée de Cahersiveen

 

Au fur et à mesure de notre avancement sur le parcours, ils nous doubleront en trombe de plus en plus tard dans la journée, nous laissant une relative paix sur la route "à 100 km/h"...

Jenny fatigue, le vent est épuisant. Même pour les 'anciens' qui ont de l'expérience. C'est face au vent que le mental devient moteur car les jambes, le visage et les oreilles feraient bien lacher prise au premier pub..

A la sortie du bourg on bifurque à droite sur une minuscule route qui nous mène au ferry permettant d'atteindre Valentia Island.

Magnifique traversée de 5 minutes en plein vent avec quelques rayons de soleil et surtout plein d'embruns... Que c'est agréable de se faire transporter !

 

Mes-images--9 8043

Pour une fois ça avance contre le vent, sans que l'on ait à pédaler...

 

Débarquement à Valentia à Knight's Town 'capitale' de l'ile. Tout est vide, pas un chat... Deux clients font demi tour devant le pub local, fermé... Quatre Indiens sortent d'un autre en haut de la rue principale. L'OT n'a pas de tampon ni de sticker, ni rien d'autre pour immortaliser notre passage.... Triste patelin qui lui aussi se cherche un passé pour 'ancrer' le touriste et lui faire dépenser quelques euros...

 

212

Papa, loin devant....

 

C'est vrai que le village peut justifier d'un évènement majeur qui allait bouleverser le monde.. C'est de Valentia que sont partis, il y a environ 150 ans, les deux navires qui ont posé le premier cable télégraphique transatlantique, reliant la vieille Europe au continent nord-Américain. 

La traversée de l'ile est éprouvante. Route de montagnes russes, toute droite, orientée sud-ouest. Six kilomètres de vent puissant en plein nez. Jenny peine et doit pousser le vélo à plusieurs reprises. 

Mes-images--9 8068

3ème arrêt...

 

Malgré celà la rage d'y arriver est telle que la bonne humeur triomphe de la frustration causée par la puissance des éléments...

 

215-copie-2

De l'autre côté, la "terre ferme"...

 

Finalement, après Chapeltown et ses maisons fort colorées, on aperçoit le pont de Port Magee, pas fâchés de pouvoir enfin profiter, après une bosse ou deux de plus, d'une relative descente vers le pont enjambant le bras de mer.

 

230

Port Magee

Mes-images--9 8073

Brendan avait raison, 'Moorings' (en rouge sur la photo), est un établissement superbe, probablement le principal lieu de rencontre des habitants du village. Les chambres sont magnifiques.

Après avoir rangé les vélos dans la réserve derrière l'établissement on s'installe dans le bar devant un excellent whiskey irlandais bien mérité. Nos 40 et quelques kilomètres face à un tel vent vallaient bien le double si je les compare aux conditions vécues cet été sur la R1... 

'Fier de ma fille' est un "understatement"... Durant cette dure journée elle a bataillé la pluie, le vent, les côtes sans fin. Heureusement que les paysages extraordinaires font vite oublier ces désagréments tant ils font vibrer les sens !

 

Un repas de rois pris dans le bar clôt la journée !

 

241

242-copie-1

Demain c'est normalement la "croisière" jusqu'aux Iles Skellig... mais tout dépendra de la météo...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 19 Novembre 2013

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma fille. Jour 5

 

Port Magee-Waterville via The Skellig Ring. 33 km

 

En regardant par la fenêtre en me levant, je ne voyais rien bouger, tout juste quelques ondulations d'herbes folles et un peu de brume sur les hauteurs. Ca, c'était le côté 'pile'....

Côté 'face', il en était tout autrement: un vent d'enfer soufflait sur le bras de mer devant l'hôtel et la brume s'était transformée en brouillard et en crachin épais et froid. La mer moutonnait et les bateaux dans le petit port dansaient allègrement sur l'eau.... Pas besoin d'être ingénieur météo pour se rendre à l'évidence que le tour de bateau tombait à l'eau ! En discutant avec des locaux, j'ai appris un peu plus tard que les bateaux n'avaient pu aller aux Iles Skellig que 14 fois l'an dernier.... Cela relativisait immédiatement notre déception.

 

Mes-images--9 8078

Ces trois-là ne devaient pas regretter d'être au sec !

 

On avait prévu de quitter le Ring of Kerry à Port Magee et de rejoindre Waterville, notre prochaine étape, en passant par le Skellig Ring, un anneau longeant la côte plus au sud, interdit aux bus et aux autres gros véhicules. En fin de journée on se félicitait d'avoir commencé ce petit périple de bonne heure et non vers 15h30, au retour d'une visite des iles, comme cela avait été prévu à l'origine...

 

Petit déjeuner magnifique d'oeufs brouillés au saumon fumé (local et sauvage), soda bread délicieux, fruits, yaourts... toasts... tout ce qu'il fallait pour mettre les cyclistes de bonne humeur avant l'affrontement avec les éléments.

 

Mes-images--9 8087

Cycliste heureuse avant la traversée du pont...

 

Etant privés de notre tour en mer, on se rabat sur le Skellig Experience Center, situé juste de l'autre côté du pont, sur Valentia.. Les vélos sont ressortis de la réserve et chargés et après quelques photos du port on y va..

A peine sur le tablier du pont, le vent infernal nous balade d'un côté à l'autre de la route. Difficile de se tenir droit sur l'âne de métal qui n'en menait pas large tant les rafales étaient puissantes. En contrebas, la mer se déchaîne. C'était même limite déraisonnable de chevaucher dans des conditions pareilles, surtout que la rembarde n'était pas bien haute. Aux trois quarts du pont, Jenny pose le pied à terre et finit la traversée en poussant sa monture, après qu'Eole, dans une forme 'olympique'  eut cassé son mat à drapeaux en tube de carbone (quand même !...).

 

Instantané 1 (14-11-2013 17-15) modifié-1

Cycliste après le pont...

La bataille contre Eole fut rude..  mât cassé, casque de travers, mais victorieuse...

 

Du coup, on se retrouvait ex-aequo, ayant chacun perdu 20cm de nos porte-étendards. 

Le petit musée est surprenant. De l'extérieur on dirait un énorme bunker de la dernière guerre. Dans une travée, il aborde les iles Skellig et leur environnement au travers de reconstitutions: la 'conquête' de Skellig Michael (la grand ile) par les moines il y a quelques 14 siècles;

254 modifié-1-copie-1

Présentation des Iles Skellig au musée

 

Mes-images--9 8104

Moines débarquant..

 

leurs constructions de huttes en pierre; leur mode de vie; leur disparition...   Ailleurs, il relate l'histoire plus récente,  présentant une collection d'objets hétéroclites, mais tous étroitement  liés à ce coin sauvage d'Irlande ....

 

Mes-images--9 8110

Quelques oiseaux des iles...

 

Un très beau film projeté dans le petit cinéma du musée sera notre consolation de n'avoir pu embarquer ce matin. Les prises de vue sont époustouflantes...  

Retour vers Port Magee pour attraper le Skellig Ring à la sortie du village.

 

Mes-images--9 8089

Port Magee vu du musée... On ne savait pas encore...

 

Le vent nous attend dès les dernières maisons, un vent puissant, hurlant, de face (évidemment..).... il pleut, les nuages sont sur la route. Malgré tout, de temps à autres on a une vue sur ce qui nous attend: une ligne droite interminable qui monte, qui monte et qui disparaît dans les stratus...

 

276

...et ce n'était encore que le début de la côte..

 

Avec beaucoup de mal on arrive au chemin qui part à droite vers les falaises. Pas question d'être venus de si loin et de ne pas aller y jeter un coup d'oeil..

 

274

Les deux ânes se reposant pendant la visite au bord de la falaise..

 

Il faut passer par le petit salon de thé prendre un billet pour monter au bord de la falaise, à 300m de là. Compte tenu de la météo, c'est une bonne chose car si on ne revient pas relativement vite, on viendra à notre recherche, si on n'est pas envolés entre temps.

On a du mal à se tenir debout, on ne s'entend pas parler. Il est prudent de s'agripper à la barrière !

Mes-images--9 8117

Le vent avait presque eu raison des attaches du casque..

 

La vue de la mer déchainée en contrebas est à couper le souffle tant c'est beau !

 

Mes-images--9 8125 modifié-1

Deux cents mètres plus bas...

 

De grandes gerbes d'eau s'élèvent haut en l'air puis retombent dans un fracas assourdissant à chaque attaque de vagues contre les pierres noires des falaises...

Une pancarte indiquait un coin camping sur un petit coin gazonné à trois mètres du vide... Ca ne peut être qu'un gag Irlandais...

 

Mes-images--9 8115

Un thé au retour et c'est reparti pour l'ascension de la côte dont le pourcentage de pente augmentait au fur et à mesure que l'on avançait. Les derniers 500m, à partir de la statue de la Sainte Vierge se feront à pied tant la route était pentue et le vent impossible à contrer.

 

Mes-images--9 8141

"Je continue ou je fais demi-tour" ?

 

Mes-images--9 8129

Heureusement que le sommet était caché par les nuages...

 

A un moment, j'ai du poser mon vélo contre le talus, m'assurant qu'il était bien calé, pour redescendre chercher celui de Jenny qui n'avait plus de bras...

Après plus d'une heure d'efforts on arrive en haut, au 'col'. Là, le vent devient indescriptible: de face, de dos, tourbillonnant, la totale ! On est obligés de se tenir aux poteaux de clôture pour ne pas tomber. La prise de photos est très compliquée... Mon mât plie à 60°, presqu'à l'horizontale... Un Américain nous photographie après nous avoir dit qu'il n'avait jamais vu de cyclistes affronter une épreuve pareille...

 

Mes-images--9 8154

Les deux fous en haut de la côte..

 

 

Mes-images--9 8158

Mais quelle vue !!

 

Soudain, au loin, "à une heure", Jenny aperçoit les silhouettes grises des Iles Skellig, émergeant peu à peu de la base de la brume... Vision fantastique ! Deux pyramides énormes aux pentes acérées comme une lame de scie passe-partout. Vision magnifique, qui à elle seule nous fait oublier la misère que l'on venait de vivre, récompense splendide de nos efforts. Un cadeau magique !

 

301 modifié-1-copie-1

L'apparition..

 

La descente de l'autre côté du 'col', vers The Glen, est plus difficile encore tant la pente est raide. Freins bloquées, petite vitesse, moultes précautions.. S'agit pas d'aller se vautrer dans un des virages en épingle à cheveux... C'est tout de même un comble de devoir freiner dans la descente après les efforts de la montée... La route est bordée de haies denses de fuschias. C'est très beau !

Dans The Glen, on s'enfile dans un petit chemin qui mène à l'embarcadère, jetée massive et triste en béton...

 

306

Notre aire de pique-nique

 

Pas de bateaux à quai mais une exceptionnelle vue, au ras de l'eau, des Iles Skellig.

On s'installe dans le minuscule "parking", à l'abri d'un muret, pour pique-niquer de ce que l'on a pu trouver dans la "cuisine" (ma sacoche avant gauche...). Il est 15h !

 

Mes-images--9 8163

Les deux iles...

 

Remise en route vers Ballinskelligs.

 

311

Extraordinaires vues de bord de mer et de champs entourés de murets en pierre

Mes-images--9 8164

 

A peine passé la Chocolaterie, la côte recommence... Pas aussi diabolique, mais raide quand-même.

 

Instantané 1 (14-11-2013 17-36)

La der des der !

 

Ca monte un bon bout de temps puis c'est une glorieuse descente de 3 ou 4 km en roue libre... bien mérités ! On a tous les deux pas mal souffert, autant des bras que des jambes quand il a fallu pousser les ânes, mais tout se passe bien. Pas d'états d'âme, le moral est au beau fixe tant l'expérience est forte et belle !

Pas grand-chose à voir à Ballinskelligs à part les ruines d'une abbaye et du château McCarthy...

 

Mes-images--9 8182

Jenny s'imprégnant des lieux...

 

324

Les ruines du Chateau McCarthy

 

Pas de baigneurs sur l'immense plage; quelques vacanciers s'y promènent, chaudement habillés.. Quelques demeures stériles plantées au bord de la route...

 

Mes-images--9 8183

Propre et fonctionnel, mais un peu tristounet tout de même..

 

Beaucoup de maisons à vendre, même pas terminées. Le batiment principal d'un complexe hôtelier gît, abandonné à mi-construction, sur un bord de plage battu par les vents. La coquille en béton et les quarante et quelques hectares de la propriété sont  à vendre... C'est un coin cafardeux de terres basses, de roseaux, de marécages, de petits saules : quelle tristesse !

Faut avoir quelque chose à expier pour avoir choisi de vivre là !

 

On rattrape enfin la N70 pour 5 km d'enfer jusqu'à Waterville. Le panneau de limitation de vitesse, à 100km/h, planté à 100m de l'entrée du bourg, donne une bonne idée de ce que l'on a subi sur ce tronçon de route...

 

Mes-images--9 8184

Surprise : Waterville est jumelé avec Pont Scorff !

 

L'excellent B&B que Jenny a réservé est trouvé sans trop de mal. Les montures sont débâtées et rangées dans un petit cabanon construit pour la circonstance. DOUCHE !! ... Puis à 19h00, un petit whiskey pour célébrer une victoire sur nous-mêmes et sur les éléments déchainés de la journée.. Bonne introduction à l'excellent repas de Margaret Brown: moules marinières, morue fraîche poêlée avec un bel accompagnement de légumes et pour couronner le tout, un gateau grave mortel...

Journée difficile, mais quelle récompense d'avoir pu apercevoir les rochers. Malgré tout, la cerise sur le gâteau est de partager la détermination et le bonheur de ma fille qui affronte les tourmentes de la météo et du relief sans broncher, un sourire radieux illuminant son visage à chaque nouvelle victoire !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 18 Novembre 2013

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma fille. Jour 6.

Waterville - Sneem, 39Km.

 

Inutile de dire qu'après la journée d'hier, j'ai très bien dormi ! Ce matin le ciel est encore gris mais à première vue, le vent semble s'être calmé et il ne pleut pas.

Petit déjeuner de déménageurs chez Margaret Brown. Un coup d'oeil aux grandes photos murales accrochées dans sa salle à manger, décrivant les étapes successives de la pose des cables trans-atlantiques... Le premier, celui de 1858, n'aura fonctionné que deux semaines avant de casser suite à une épissure mal faite....

On se met en route à la fraîche via la rue principale de Waterville. Pas un chat à la ronde. Le front de mer est bien triste avec ses maisons basses que quelques résidents ont essayé d'égayer en les peignant en couleurs vives. Arrêt de rigueur à la statue de Charlie Chaplin sur la promenade de la plage.

Mes-images--9 8193

 

Il aimait venir ici se reposer. A voir le village, l'homme avait incontestablement des goûts modestes, ou bien Waterville a bien changé depuis son époque... Superbe maison à la sortie du bourg, entre la route et la mer... Pelouses, drapeaux irlandais, européen et US... Gros bouquet de pins bordant l'allée qui y mène...

 

347

La rivière sortant du Lough Currane

 

Margaret nous avait dit que ça monterait un peu en quittant Waterville, nous rassurant tout de suite: ce ne serait pas comparable à ce que l'on a vécu hier. Avec humour elle nous a certifié que le petit déjeuner serait bien digéré lorsqu'on arriverait en haut de la côte ...  alors que l'on ne devait pas hésiter à redemander des toasts..

 

 

353Mes-images--9 8205

 

Une belle demeure totalement à l'abandon..

 

La côte faisait 7 - 8 kilomètres, mais la pente était douce. Entre temps le ciel s'était dégagé, nous offrant des vues magnifiques de la baie et des Skelligs dégagées de la brume. Mer bleue, fleurs et soleil... enfin.

 

Mes-images--9 8216Mes-images--9 8225Pendant la montée...

 

Dommage que l'on n'ait pas eu ce temps-là hier !

 

Mes-images--9 8228

Arrêt photo avant le sommet.

 

Peu de vent, sauf au sommet du col de Coomakista où les mâts à drapeaux des vélos pliaient comme hier sur le pont.

Instantané 1 (15-11-2013 18-30) modifié-1

 

Un vendeur de miel local battait la semelle en plein vent (au soleil tout de même) sur l'immense parking, arrêt obligé des cars de touristes qui "font le Ring" en une journée...

 

419

Obligé de prendre appui tant ça soufflait !

 

En route, on rencontre plusieurs Américains en quête de leurs origines, dont un qui venait s'établir face aux Skelligs, définitivement.

La vue du belvédère est splendide.

 

434 modifié-1

 

Mes-images--9 8234 Mes-images--9 8253 modifié-1

 

Mes-images--9 8271

La couleur de nos vestes était fortuite...

 

Le soleil fait éclater les couleurs en contrebas: les verts, les gris, les bleus, les noirs sans oublier la multitude de points blancs broutant l'herbe rase à longueur de journée... Sans cesse, les passages de cumulus modifient les tons, plongeant les iles devant nous dans l'ombre pour quelques instants avant que le soleil ne s'impose de nouveau.

 

Mes-images--9 8275

 

Bruyère, ajoncs, fuchias, ronces, rhododendrons, roseaux... murs en pierres sèches, petites maisons blanches, rochers... sans oublier les moutons, se disputent le paysage alentour. 

 

Mes-images--9 8276

 

445

Après la montée, la descente... longue et agréable.  Peu avant Caherdaniel on décide de prendre une petite route à droite menant à Derrynane House. Encore une longue descente. A part un beau jardin botanique il n'y avait pas grand-chose d'autre à voir.

 

Mes-images--9 8284

Jenny à l'abri des feuilles d'un Gunnera...

 

Tout était fermé. La petite route, au ras de l'eau, permet de rejoindre le village de Caherdaniel en passant devant l'Ogham Stone, une pierre verticale de 2m environ portant les traces du plus ancien alphabet irlandais formé par des combinaisons de traits/demi-traits verticaux, horizontaux ou obliques.

 

462

L'Ogham stone

 

La pierre est plantée au milieu de nulle part, aux intempéries, sans réelle protection ni panneau explicatif. Dommage.

 

Mes-images--9 8292

La nature reprend ses droits...

 

Arrêt au "Blind Piper", pub sympathique, pour un sandwich et une bière.

 

 

474

Quelques écritures en attendant le repas !

 

 

Mes-images--9 8303 modifié-1

 

 

 

Mes-images--9 8301 modifié-1

La panoplie habituelle des condiments de pub.

 

A Castlecove on fait un petit crochet par les terres basses pour admirer le site magique.

Mes-images--9 8311

Encore une... sans commentaires !

 

 

Mosaïque d'îles en tourbe, semblant flotter sur l'eau, recouvertes de roseaux courts et d'herbes folles couleur paille, battus par le vent...

 

481 485

 

Mes-images--9 8297 modifié-1

Les lumières de ce bel après-midi d'automne nous projetaient en un autre temps.

Un coup de tampon à Castlecove.

 

Mes-images--9 8313

 "Chat Noir" ?

 

Puis c'est une nouvelle montée de 4km qui nous écarte peu à peu de la mer nous menant à travers des paysages magnifiques de roches et de bruyères.

 

Mes-images--9 8319 modifié-1

 

Le cadeau sera la descente vers Sneem: 4 km sans donner un coup de pédale !

On y est accueillis par une rangée de maisons peintes. Sur une première place, une stèle à la mémoire de Charles de Gaulle  porte l'inscription suivante :

"En ce moment de ma longue vie, j'ai trouvé ici ce que je cherchais: être en face de moi-même. L'Irlande me l'a offert de la façon la plus délicate, la plus amicale. 18 VI 1969".

Quarante-quatre ans après, l'affirmation est toujours très vraie : l'Irlande est un pays où l'on se sent bien. La chaleur des coeurs fait vite oublier la rudesse du climat !

A côté de l'église, un petit pont en pierre enjambe une rivière fougueuse et débouche sur la deuxième place du village.

 

Mes-images--9 8331 modifié-1

Chaque bourg en a au-moins une rangée..

 

Là aussi, rangées de maisons peintes et quelques magasins, dont un vendant de l'artisanat local, essentiellement des lainages...

 

Pendant que Jenny investigue ce lieu de perdition, j'en profite pour jeter un coup d'oeil à la contribution de Sneem à la culture des masses. 

 

Mes-images--9 8332

Réalisation à la mémoire de Cearbhall o Dalaigh, Président de l'Irlande, 1974 - 1976

 

Plantée sur la pelouse de la petite place, elle est là :  amas de tôles peintes pliées, expression condescendante d'un "art" qui moque le beau et l'harmonieux ... et malheureusement, comme tant d'autres, siphonne durablement et sans vergogne les deniers publiques, tant par son achat que par son entretien...

Une plaque en laiton explique longuement la "symbolique" de l'imposture; heureusement, car à première vue on dirait un chargement de ferraille tombé d'un camion roulant trop vite... Même l'artiste (Française), semble être à la peine dans ses explications..

 

L'excellent hôtel est juste à la sortie du village, en contrebas, en bordure d'une ria. Vélos rangés dans la lingerie... Douche ... et un Jamieson's avant le dîner.

Un ciel étonnant, magnifique conclusion de cette très belle journée,  se reflète dans les eaux, me donnant juste le temps d'une prise de vue garantie sans retouches.

 

Mes-images--9 8334

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 17 Novembre 2013

 

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo. The Ring of Kerry avec ma fille. Jour 7

Sneem - Kenmare. 31km.

 

Réveillé de bonne heure. Ciel encombré mais clair. Soleil par moments. Bleu ici et là. VENT !

Petit déj... Irruption soudaine d'un cycliste en tenue. Il attaque le buffet et avale de vastes quantités de nourriture à la vitesse "grand V", sans même retirer son casque !

Comme ça parlait Français à la table, on va leur faire un coucou, même si on avait été un peu surpris...

Le cycliste c'est Christian Mauduit. La course, c'est 'The Race around Ireland', une des épreuves cyclistes les plus diaboliques sur la planète : plus de 2 200km à effectuer en moins de 139h (cette année, à cause du fort vent), mais en temps normal, en moins de 132h.. Faut pas s'endormir !

 Cette année, il l'a fait en 138h42 !  Dénivelé: plus de 24 000m en montée et autant en descente.... C'était pas pour nous. Je mentionne Paris-Brest-Paris. Cette course-là, il l'a faite en 2011 en un peu moins de 59 heures... Encore quelques mots et il repart aussi vite qu'il est arrivé. Pas de temps à perdre, le Chrono tourne ..

On bâte les ânes. Un homme d'environ 70 ans nous regarde faire et s'approche, curieux. On échange quelques mots. Lui aussi fait du vélo. "Si vous avez besoin de quelque chose, faites-le moi savoir..". C'était le patron de l'hôtel !

Simplicité, gentillesse, accueil... des qualificatifs qui caractérisent ce beau pays..

 

513

 

Pubs à Sneem

 

Mes-Images--10 8339

On repasse en ville faire quelques photos. Pas de coq sur l'église. Ici c'est un poisson.

 

Mes-Images--10 8353

 

La vitrine de la boulangerie est bien tentante.

 

Mes-Images--10 8351

Scones aux raisins secs

 

Démarrage en douceur vers Kenmare pour une petite trentaine de kilomètres. Il nous faudra la journée tant les arrêts photo et les crochets effectués seront nombreux..

Un bref arrêt près de l'entrée de Parkasilla Resort , énorme complexe hôtelier haut de gamme, construit en bord de mer, entouré d'un parc étonnant, où rhododendrons et arbres tropicaux se mêlent dans une belle harmonie.

 

Mes-Images--10 8357

 

519

 

Au retour, j'apprendrai par une cousine que c'est son arrière grand-père qui l'a bâti !

 

Sans titre-1

Le Parkasilla Resort (photo Site Parkasilla Resort)

 

A Tahilla, on tourne dans un chemin menant vers la mer et on s'arrête à côté d'un petit pont enjambant un minuscule bras de mer qui irriguait une ria plus importante en amont.

 

Mes-Images--10 8377 modifié-1

Vue d'artiste vers l'aval

 

C'est marrée basse. Dans le peu d'eau qui restait sous le pont, plusieurs coquilles St Jacques vides reposent sur le gravier.

 

Mes-Images--10 8366

Jenny entrain de nettoyer 'sa' coquille...

 

On passera un petit moment à les gratter et les laver car elles ne sentaient pas particulièrement le varech...

Jenny vit très fort notre 'pèlerinage', qui a pris pour elle des allures de voyage initiatique. Cette coquille, gardée précieusement avec celle que je lui avais trouvée sur la plage de St Gildas, semble empreinte d'une forte signification symbolique.

Prochain arrêt : Blackwater Bridge. Un torrent encaissé entre des berges couvertes de végétation intense. 

 

Mes-Images--10 8401

 

L'eau, noircie par son passage dans les tourbières, dévale la pente, bouillonnant d'écume avant de disparaître sous le pont. 

 

Mes-Images--10 8404

 

On y rencontre une Canadienne de Vancouver parcourant seule le sud ouest de l'Irlande. Elle recommande la Péninsule de Beara, juste au sud de celle d'Iveragh. Il paraît que c'est splendide, plus authentique que le Ring of Kerry, moins visité, car non accessible aux autocars de tourisme et autres Fangios du 4x4...

 

Mes-Images--10 8412

Les omniprésents fuchias...

 

Un peu plus loin nous sommes intrigués par un panneau sur un petit parking, indiquant un "Puits Sacré".

 

Mes-Images--10 8409

Peu à peu on fermait la boucle...

 

A tour de rôle nous descendrons un chemin fort mouillé, dallé par endroits, serpentant dans un bois sombre, pour découvrir une petite source dont les eaux sortaient des racines d'un arbre creux. De petites statuettes, des rosaires, des coquillages, des cyclamens nains décoraient le lieu. Quelques écrits et autres ex-votos étaient épinglés sur l'arbre...

Ce minuscule autel, baigné du clapotis de l'eau qui s'échappait tout doucement du sol de la forêt, dégageait une sensation de calme et de sérénité appelant au recueillement.. Curieux endroit !

Continuation sur une route splendide, entièrement bordée de haies de fuschias de plus de 3m de haut..

 

Mes-Images--10 8378 modifié-1-copie-1

Les bus et les camions assurent la taille...

 

Nouvel arrêt sur un petit dégagement donnant accès à la mer en contrebas..

 

554 Mes-Images--10 8397

 

A tour de rôle on descend parmi les pins, nous retrouvant sur une étendue herbeuse, prise en sandwich entre les rochers.

 

Mes-Images--10 8390

 

De minuscules plantes, des fleurs, des lichens y sont accrochés, survivant grâce aux petites réserves d'eau prisonnières des anfractuosités. Un coup de soleil et on aurait pu s'imaginer sur des côtes beaucoup plus méridionales....

 

Mes-Images--10 8387

La faim commençait à se manifester. L'arrêt se fera à Dromquinna, au Boat House. On se serait crus sur les côtes nord-américaines, dans le Massachussets, à Cape Cod ou Nantucket, par exemple...

 

Mes-Images--10 8431  Mes-Images--10 8438

               L'océan                            Au fond, le Boat House Restaurant

 

Décrire l'endroit est bien difficile tant c'est magique ! Par chance, le ciel s'était brusquement dégagé. Nos photos parleront d'elles-mêmes..

 

Mes-Images--10 8434  Mes-Images--10 8456

 

Quant au snack.... Rillettes de crabe en terrine, salade verte, exquisement assaisonnée, chips maison et pour Jenny un Brownie tiède servi avec une boule de glace vanille..

 

Mes-Images--10 8427

 

Tout cela pour moins que deux 'formules'  "Entrée-Plat" ou "Plat-dessert" à Paris...

 

Mes-Images--10 8430

Molly the Cat surveillait, au cas où....

 

Service super gentil, conseils pour la suite de notre voyage... Luxe et Calme sous un soleil radieux: un ciel qu'enfin aucun nuage ne contrariait. Le bonheur !!

 

618

 

Mes-Images--10 8458

Ralentir ! Traversées de Hérissons...

 

On arrive à Kenmare en milieu d'après-midi. Jenny souhaitait faire des emplettes, d'autant plus qu'un énorme magasin de lainages et de merveilles de toutes sortes s'offrait au touriste sur la place à l'entrée du bourg..

 

Mes-Images--10 8467 modifié-1

En voiture faut être spécialiste en lecture rapide...

 

Douloureux choix tant il y avait de pulls, de gilets, de plaids, faits main, faits machine, écrus, bleus, gris, beiges, multicolores... de chapeaux, de casquettes, d' écharpes, de bijoux... de quoi mettre la carte de crédit en ébullition...

Le B&B de Julia O'Connor à la sortie Nord de Kenmare est très sympa, tout comme l'accueil qu'elle nous réserve. Petite bonne femme semblant avoir quelques difficultés à marcher, on apprendra d'elle qu'elle a fait la course annuelle du Ring of Kerry, 170 km de vélo dans la journée et Compostelle à Pieds...  Ne jamais se fier aux apparences !

Un bon repas achève cette très belle journée. Demain sera une rude épreuve. Ca monte dès le départ, pendant un bon bout de chemin !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 16 Novembre 2013

 

Bandeau Ring of Kerry

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma fille. Jour 8

Kenmare - Killarney, 34km.

 

Ce matin le ciel est pommelé. Normalement on ne devrait pas avoir de pluie, peut-être même un peu de soleil ?

Notre logeuse ne prend pas la carte, alors pour nous éviter un aller-retour en ville, elle emmène Jenny en voiture retirer des espèces au DAB de la station service...

On retournera malgré tout en ville pour voir le cercle de pierres, réputé être le plus grand parmi la centaine qui existe dans le sud-ouest de l'Irlande.

 

Mes-Images--10 8486 modifié-1

Jenny au 'centre du cercle'

Mes-Images--10 8487 modifié-1

Rencontre avec des ânes d'un autre type..

Achat du pique-nique et en route pour Moll's Gap, point culminant d'une côte en pente régulière, situé à une petite dizaine de km de Kenmare.

 

Mes-Images--10 8488Facile d'en attrapper une indigestion tant il y en a tout le long des routes.

Magnifiques vues des collines environnantes.

 

644    

645

Nature sauvage, rude, grise et verte... Roseaux, mûres, multitude de bouquets de crocosmias oranges, fougères.... 

 

652La ferme "Adopt a sheep"... Ici, les moutons sont plus blancs que blanc !

 

Mes-Images--10 8493Mais il n'y a pas que des moutons....

 

Mes-Images--10 8500 modifié-1-copie-3Crocosmias

 

Pour une fois, les arrêts tout au long de la montée sont la conséquence, non pas de la pénibilité de la côte, mais du désir d'en prendre plein les yeux, tant le site est grandiose.

 

Mes-Images--10 8512Ca change à chaque virage...

Mes-Images--10 8499La beauté est aussi dans  l'infiniment petit...

Pendant un bref instant, sur la montagne en face, les moutons s'alignent, tels des notes de musique sur une portée invisible....

Le col est un arrêt obligé pour les cars de tourisme et les automobiles qui déversent leur contenu chez  AVOCA, magasin vendant toutes sortes de belles choses fabriquées en Irlande, mais aussi les attrape-touriste habituels, grossièrement produits en Chine....

 

Mes-Images--10 8520Dans cent mètres c'est la descente... YES !

Après un coup d'oeil et quelques achats, on se remet en route pour une descente interminable de plus de 20km... La gloire !

654 modifié-1

Pas facile de photographier un mouton....

Mes-Images--10 8531...mais avec de la patience on y arrive !

661

Au début, c'est assez aride et lunaire, hormis quelques plans d'eau avec sapins et roseaux, bordant la route, puis peu à peu on rencontre une végétation plus dense, composée principalement de petits chênes trapus et de sorbiers des oiseaux, de pins... poussant tant bien que mal parmi d'énormes blocs de pierre.

Mes-Images--10 8547

666 modifié-1

Mes-Images--10 8554 modifié-1

La route est étroite et demande une attention de tous les instants, d'autant plus que les autocars sentent l'écurie. Malgré tout, ils sont généralement corrects vis à vis des cyclistes, doublant largement ou restant derrière nous à piaffer quand les virages ne permettent pas le dépassement. 

Arrêt pique-nique à "Ladies View".

664 modifié-1Arrêt à Ladies View.. Killarney est tout au fond..

De cet endroit on a une vue impressionnante de l'enfilade de lacs, dont le plus éloigné, Lough Leane, borde Killarney. Des touristes allemands semblent être plus intrigués par notre aventure que par le paysage alentour et nous posent moultes questions tout le temps de leur arrêt... Au coup de sifflet, tout le monde fonce vers le bus et c'est reparti jusqu'à la "cascade", un peu plus bas... Pendant ce temps-là, nous on prend le temps !

La pendule tourne, il faut y aller, d'autant plus qu'il y a encore tant à voir jusqu'à l'étape de ce soir !

Plusieurs arrêts dans des coins magiques, comme dans le virage de la petite église (Derrycunihy Church), où la rivière dévale de la lande sous le pont.

Mes-Images--10 8563

Contrastes de couleurs saisissants...

Mes-Images--10 8567

Le chemin, derrière la bâtisse, offre des vues splendides. C'est en fait le 'Old Kenmare Road'... encore plus étroit que les autres... mais réservé aux marcheurs celui-là !

Un automobiliste, garé sur le petit dégagement nous demande si l'on a aperçu deux marcheurs, dont un d'allure asiatique. La veille, il les avaient pris en 'stop' pour leur éviter un long tronçon monotone... Ils avaient oublié des affaires dans sa voiture... Connaissant vaguement leur itinéraire, il les attendaient depuis le matin pour leur rendre leurs biens.... Pour paraphraser Hamlet : "il y beaucoup de bonté dans le royaume d'Irlande"...

Quelques photos et on repart, lui souhaitant bonne chance ! Gros embouteillage au tunnel de pierre...

Mes-Images--10 8572J'ai attendu que ça se débouche pour prendre la photo...

On est dans le Killarney National Park. La végétation devient de plus en plus dense, les arbres plus nombreux et plus hauts. La route s'élargit.  On fera un nouvel arrêt à la cascade, le "Torc Waterfall", que l'on aborde en prenant un large sentier montant parmi les hêtres.

Mes-Images--10 8584 modifié-1Vue d'une partie de la cascade.... 

Les arbres et la cascade à plusieurs niveaux sont spectaculaires, les couleurs magnifiques. C'est un lieu rêvé pour Trolls et Korrigans....

Mes-Images--10 8586Pas étonnant que ce soit un pays de légendes...

Jenny et moi irons à tour de rôle car faut surveiller les ânes...

 

 Mes-Images--10 8601 modifié-1

Le lac de Killarney

Un dernier coup de pédale et on aborde les faubourgs de Killarney. Le "Harmony Inn" (..attention, l'habit ne fait pas le moine !...) est atteint sans mal. On y dépose rapidement nos affaires, on enferme les vélos et c'est direction le 'centre ville' pour une balade à pieds cette fois.

Killarney n'a d'intérêt que d'être l'entrée et la sortie du Ring of Kerry...

Mes-Images--10 8606 modifié-1

... et d'avoir son Festival de la Pluie !

 

Mes-Images--10 8607 modifié-1Attention aux contrefaçons !

Ville touristique à outrance alignant boutique après boutique de marchandise à touristes...  mais où il est encore possible, en prenant son temps, en comparant, de dénicher de l'authentique. Ce sera le cas au petit restaurant "Foley's" géré par une propriétaire pleine d'attentions et de douceur et qui, malgré une salle bien pleine, prendra le temps de venir longuement discuter avec nous, nous offrant même 'en souvenir de la soirée', un délicieux Irish Coffee (made in Killarney !).

 

Mes-Images--10 8611 modifié-2Madame Carol Hartnett, propriétaire de Foley's et Jenny..

 

Retour au bercail après une rapide marche digestive car notre premier train du matin, celui qui nous ramènera à Mallow, est à 7h34...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0

Publié le 15 Novembre 2013

Bandeau Ring of Kerry

 

Irlande en Vélo - The Ring of Kerry avec ma fille.

21/22 septembre. Fin du voyage; le retour à Paris. 72 km.

 

Décidément, une fois encore, pas de chance avec notre hôtel de Killarney...(le même Harmony Inn que la semaine dernière). Cette fois-ci on a eu droit au sans-gêne bruyant d'un couple rentrant de 'bordée' à 4h du matin. Pas sympa pour les cyclistes qui devaient se lever aux aurores pour prendre le train, direction Cork !

Mise en route pour la gare où l'on arrive à 7h00. La ville dort encore, tout comme le Chef de Gare qui n'a pas encore ouvert les accès aux quais. Résultat: les deux cyclistes battent la semelle devant la porte. Peu à peu ça s'anime... Nos vélos et les bagages attirent le regard et la conversation des curieux. Un vieux monsieur s'approche. Il va à Dublin régler des 'affaires importantes', qu'il nous dit. En quelques minutes Jenny et moi sommes entrainés dans le tourbillon de sa vie, triste stéréotype de tant d'autres existences malheureuses d'Irlandais qui ont dû, tout au long de l'histoire de leur pays, quitter la terre des ancêtres pour survivre.

John Sweeney est parti en Amérique dans les années cinquante. Il s'engage dans l'armée pour accélerer sa naturalisation, sera parachutiste, gardien de prison, flic à New York, etc.  terminant une longue carrière comme agent de sécurité chez Christie's.

Une telle vie est passionnante en soi, mais notre petit bonhomme nous réservait le clou pour la fin, juste avant que l'on soit obligés de se séparer...

Je lui demande la permission de le photographier avec Jenny.. Une, deux photos.. Puis soudain, il se penche vers elle et lui chuchote à l'oreille que la photo serait mieux avec la couronne qu'il avait dans son petit sac de voyage....

En 30 secondes le voici coiffé de sa couronne de Roi d'Irlande, car il nous certifie que le titre lui revient de droit..

 

Mes-Images--10 8619 modifié-1

John Sweeney, authentique roi d'Irlande, de la lignée Milésienne (à gauche)

 

Dans les quelques instants avant l'arrivée du train, il nous informe des trois révélations qu'il a eues, de son passage à Tara, de son couronnement à "La Pierre du Destin", des actions qu'il entreprend pour récupérer des terres qui lui reviennent, dans le but de les redistribuer aux nécessiteux.... Hallucinant !!.... et tout cela à 7h00 du matin... (Un court film sur YouTube, intitulé: "John Sweeney reclaims the Landsdowne Estate", le montre à l'oeuvre,... extra !..)...

En nous quittant, il nous invite à consulter un site (www. irishcrown.org), qui explique sa démarche...

On était tout abasourdis, projetés en quelques minutes sur une autre planète... impatients de trouver une connection pour en savoir plus...

Drôle de petit bonhomme, attendrissant et sympathique mais un peu allumé tout de même ! 

Notre premier train nous oblige à mettre les vélos debout dans les goulottes. Pas facile car très peu de place pour manoeuvrer Rock'n'Roll, mon destrier taille XL. A Mallow, le deuxième train nous permet de monter les vélos sans débâter. C'est du luxe !

 

Mes-Images--10 8622 modifié-1

Notre train entrant en gare de Mallow

 

A 9h30 on est à Cork, évitant les 37 km de route que je pensais devoir faire depuis Mallow...

Un petit tour en ville nous confirme que ce n'est pas une destination de vacances. Comme tout port, Cork a son lot de de quartiers glauques, de quais avec entrepôts, de ruelles noires et sales, arrières-boutiques à poubelles des fish and chips et autres restos et pubs de la zone piétonne.

 

Mes-Images--10 8626 modifié-1

Union Quay

 

Mes-Images--10 8627

Celui-ci n'ira pas loin..

 

Mes-Images--10 8630

Vitrine de Bookmaker

 

Mes-Images--10 8632

Ravalement à prévoir...

 

A part l'avenue centrale, qui aligne quelques boutiques un plus avenantes, le reste ne 'vaut pas le détour' comme on dit.

On se prend un café sur le quai; on écrit quelques cartes. Passage à la poste et c'est parti pour la scenic route qui nous ramènera au port d'embarquement du ferry.

Arrêt rapide dans un pub pour un déjeuner 'aux guèpes', à quelques encâblures du port. Derniers kilomètres irlandais sous un soleil radieux !

 

Mes-Images--10 8639

Attente au port..

 

Au port on rencontre un groupe de bikers en Harley-Davidson, rentrant d'une visite organisée par leur 'châpitre' de Bordeaux. Un brin de causette. Photos..

 

Mes-Images--10 8638 modifié-1

Pilotes d'ânes de métal XXL

 

Une fois embarqués, Jenny profitera de la douche de la cabine pendant que de mon côté je 'vivrai' la sortie du port sur le Helideck.

 

Mes-Images--10 8640 modifié-1Au coin !

 

Mes-Images--10 8649

Encore quelques rayons de soleil...

Mes-Images--10 8667

 

Le splendide après-midi dans l'estuaire fera rapidement place à une brume de mer épaisse et froide dès la haute mer atteinte.

 

Mes-Images--10 8657

Maisons multicolores de Cobh et Kilgarvan

 

Mes-Images--10 8660

The "Lone Ranger"

 

On est un peu tristes de quitter ce merveilleux et accueillant pays.... En guise de consolation, je propose à ma fille de considérer que le voyage est mis "en pause" jusqu'au prochain... car elle est bien déterminée à recommencer... sacré virus !

 

22 septembre.... réveil avant les aurores car l'arrivée est prévue à 7h00. On doit être sur le pont à 6h00...

Le trajet vélo vers Morlaix commence de nuit.. Pas grand monde sur la route à cette heure-là un dimanche matin...

 

Mes-Images--10 8670

C'est pas une blague... les artichauts poussent bien de Bretagne !

 

Le jour se lève enfin et nous propose des champs d'artichauts et d'autres productions locales.

 

Mes-Images--10 8674  Mes-Images--10 8676 modifié-1

 

Attention ! les oignons sont A.O.C ! ...

 

Curieuse appellation que celle des vendeurs d'oignons. Ils étaient surnommés "Johnnies" par les Anglais car souvent accompagnés, dans leurs tournées outre-manche, par leurs jeunes enfants (des Yann ou des Yanniks...).

Premier arrêt à St Pol de Léon pour un café, croissants, tartines bien mérité !

Remise en route par la voie verte jusqu'à Carentec puis direction Morlaix par la corniche, pour faire un parcours différent de celui de la semaine dernière.

Un cycliste nous prévient que la corniche est coupée à cause d'éboulements à Locquénolé... On tente le coup quand même se disant que le cycliste avait peut-être été un peu pessimiste.....

Malheureusement il avait raison ! La route était bien coupée, la barrière allant jusque dans l'eau d'un côté et remontant une pente d'enfer de l'autre.

La seule solution était de regagner le plateau via le village et sa côte à 20% et de redescendre quelques kms plus loin. Ce fut un moment de forts coups de gueule et de jurons sonores... la côte n'en finissait pas.... et pas question d'imaginer la monter autrement qu'à pied !

De retour sur la corniche on arrive dans un Morlaix 'cassé' et triste, couronné par une nouvelle montée interminable vers la Gare, qui évidemment se trouve en haut de la ville...

Après avoir négocié la traversée des voies avec une employée SNCF acariâtre et râleuse et chargé les vélos fissa dans le spacieux wagon à vélos du TGV, on s'affale dans notre compartiment à meurtrières, une fois encore investi par des voyageurs sans billets et autres clandestins. Vite qu'on arrive !

 

Mes-Images--10 8683 modifié-1

"Morlaix Blues"

 

Montparnasse.... cette fois-ci on quitte la gare par la sortie des taxis. C'est plus prudent.. Longue traversée sud-nord de Paris. Beaucoup de circulation. Faut garder les yeux ouverts.

 

Mes-Images--10 8686

Le voyage se termine. Il n'est pas triste le sourire sur le visage de ma fille; c'est plutôt le sourire d'avoir réussi son pari, de pouvoir dire: 'je l'ai fait !'... à moins que ce ne soit celui du "quand est-ce qu'on repart ?"

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Irlande Ring of Kerry

Repost0