paris - leipzig en velo

Publié le 21 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

 

20 juillet 2012: Körbecke - Paderborn.

 

Mise en route vers 9h00. Ciel plombé mais encore "sec"... jusqu'au premier coup de pédale... Habillage de circonstance, "one more time". Descente au lac pour le longer, mais pas toujours possible à cause de la nature de la berge. La pluie cesse... je me déshabille.. (faire et défaire...)

Au bout du lac, la Radweg emprunte une ancienne voie de chemin de fer et file à travers plaines et bois, tantôt à plat, tantôt en montée lente.

Excellent chemin longeant la Möhne en contrebas, une fois à droite, une fois à gauche..Très jolis sous-bois. Voir photo en fin d'article.

 

A Belecke,

 

Mes-Images-3 3025

 

je perds la Radweg et tourne un peu en ville. Surprise ! 3eme rencontre avec le couple d'Allemands, juste devant le moulin à l'entrée du bourg.

Cette fois on prend un café/pâtisserie ensemble à une terrasse. Manfred a tout réglé avant que je n'extirpe de quoi payer ma part... Danke schön les amis !

On parle de la Loire à vélo, qu'ils aimeraient bien faire un jour... on

 

Mes-Images-3 3026

 

s'échange adresses et emails. Promis, s'ils passent par Paris ils seront très bien reçus !

Vers 11h00 il est grand temps de remettre en route. Au sud de Rüthen on se sépare une dernière fois: les amis partant vers le sud et moi vers le nord, direction Rüthen et Büren...

 

Mes-Images-3 3030

 

Quelques très rudes côtes pour monter à Rüthen où, à 12h30, je trouve l'OT fermé. Belle place de l'Eglise avec de nombreuses maisons à colombages et une débauche de géraniums, de pétunias etc..

 

Mes-Images-3 3039

 

C'est la Poste qui assurera le coup de tampon dans mon carnet..

Un peu curieux l'âne portant le monde, surmonté d'un castor (ou d'une marmotte ?). Direction Hemmern par la route jaune... Demi-tour toute après 2 km: au delà, la jaune est interdite aux cyclistes, piétons et engins agricoles !

Hemmern - Weine sur le plateau. A Weine, je passe devant le local de la "fraternelle des soldats" signalée par une pancarte plutôt martiale et rattrape la KSR jusqu'à Büren.

 

Mes-Images-3 3057

 

Passant dans la rue principale en poussant le vélo sur les pavés, le notaire, sur son pas de porte, me demande si j'ai besoin d'aide.

 

Mes-Images-3 3245

 

Je lui demande où se trouve l'OT.

Y'en a pas ici, mais je pourrais passer à la Rathaus pour faire viser mon carnet de voyage. Il m'accompagne à pied. Pas de chance: fermé ! Pas rebuté, il demande à la Polizei s'ils pourraient me donner un coup de tampon.

Aucun souci: celui-ci est apposé avec un sourire et des encouragements en prime!

Merci Monsieur le Notaire.

 

Mes-Images-3 3058

 

Coup d'oeil rapide à deux monuments très intéressants: l'église et l'école des Jésuites. Il fait beau ! Dommage que l'ecclesiastique cadenassé dans sa niche vitrée ne puisse pas, lui aussi, profiter du soleil..

 

Mes-Images-3 3071

 

Continuation sur la KSR qui se confond avec l'Alme Radweg. Un viaduc routier réveille des souvenirs de l'an dernier... Cette fois-ci la piste continue à plat. Ouf !...

Les vaches regardent passer l'équipage. Super parcours, le plus souvent parmi des rangées de saules, ou en bordure de prairies et de petits bois. Au détour d'un virage je découvre, perché en haut d'une colline, l'imposant chateau "triangulaire" de Wewelsburg, seul du genre en Allemagne.

Je commençais à en avoir assez de pédaler. Un panneau sur la Radweg indique une gasthaus à Borchen: le Pfeffermühle.

Rapide crochet en ville: il est fermé. Un peu plus loin, à Wewer, la Polizei m'indique la route vers la gasthaus Maahs. J'ai beau frapper: personne ! 

Décision est prise de faire les quelques kilomètres restants jusqu'à Paderborn. Gros carrefour à l'entrée de la ville. Pas de panneaux KSR. Une cycliste me met dans la bonne direction.

 

Mes-Images-3 3101

 

Après une approche 'approximative', un promeneur et son chien m'indiquent l'hôtel Kaup, du réseau "Bett und Bike".

C'est un réseau d'hôtels à prix très raisonnables adaptés aux besoins des cyclos. Pour moi, la prestation la plus appréciée est le garage fermé pour les vélos. Tranquillité assurée. On peut leur demander de réserver pour l'étape suivante. 

Vite installé dans une chambre 'spotless' avec balcon. Direction la douche.. d'abord pour la lessive, et cette corvée faite, pour le cycliste.

Après avoir consigné les évènements de la journée dans mon petit carnet, c'est direction une taverne originale que la patronne de l'hôtel m'a recommandée.

Un kilomètre de marche à pied dans une banlieue calme, composée de rues larges et de maisons massives. 19h30: pas un chat en vue.

 

Mes-Images-3 3102

 

Première journée à 95% sans pluie... première journée durant laquelle je n'ai pas eu à m'habiller et à me déshabiller 10 fois... le bonheur !

Parcours très agréable, même si je n'ai pas encore bien compris la relation avec Charlemagne... La réponse, je la trouverai dans une brochure touristique le soir à l'hôtel.... ce qui me décidera également à faire une halte d'un jour pour mieux explorer les trésors de cette ville.

Paris - Leipzig en vélo, J10: Körbecke (Möhnesee) - Paderborn
Paris - Leipzig en vélo, J10: Körbecke (Möhnesee) - PaderbornParis - Leipzig en vélo, J10: Körbecke (Möhnesee) - PaderbornParis - Leipzig en vélo, J10: Körbecke (Möhnesee) - Paderborn

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 20 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

21 juillet 2012. Visite de Paderborn.

 

Mes-Images-3 3226

 

A regarder les brochures à l'hôtel, je m'étais rendu compte qu'il y avait beaucoup de choses à voir à Paderborn et que Charlemagne y était bien présent... d'où la décision de passer la journée 'à l'escale'.

 

Mes-Images-3 3163

 

Mise en route à pied direction centre ville, muni des moultes conseils et recommendations de la patronne.

 

Mes-Images-3 3199

 

L'OT n'ouvrant qu'à 10h00, je décide de visiter "Peter BORN", magasin supermarché de tout ce qui touche de près ou de loin le vélocipède et son pilote. L'idée était de trouver un porte cartes Vaude, le mien donnant de plus en plus de signes de faiblesses au niveau des soudures du plastique.

 

Pas de chance, encore une fois, c'est Ortlieb qui gagne, avec un modèle qui ne s'adaptait pas sur ma sacoche de guidon, évidemment.. Résultat: je repars avec une béquille ARR et la carte de la Elberadweg - section Bad Schandau/Dessau, que j'avais partiellement découverte par les fenêtres du train, au retour de Prague, l'an dernier...

 

Mes-Images-3 3135

 

Grand soleil tout à coup ! Retour en ville pour le coup de tampon à l'OT.

J'espérais quelque chose rappelant la Radweg: ce sera le vitrail aux trois lièvres..

Visite de la cathédrale massive et austère, flanquée d'un bien curieux bâtiment en zinc... mélange de genres un peu extrême..

 

Mes-Images-3 3261

 

Le fameux vitrail, emblème de la ville se trouve dans une cour derrière: trois lièvres reliés par trois oreilles, bien qu'en fin de compte, chacun avait sa paire.  Belle illusion !

 

Mes-Images-3 3139

 

Derrière la cathédrale se trouve le musée Charlemagne qui, pour € 3,5 offre au visiteur une magnifique rétrospective de la période carolingienne. Le musée, en sous-sol, riche en objets de tous genres, est coiffé par une immense et surprenante salle de concert.

 

Mes-Images-3 3167

 

Un minuscule escalier dans un coin du musée permet d'accéder à une mystérieuse citerne souterraine alimentée depuis la nuit des temps par une des nombreuses sources de la ville. On se croirait dans une grotte. Magique !

 

Mes-Images-3 3174

 

La ballade continue à travers la ville dans des rues pavées étroites, à travers les nombreux jardins bordés de plans d'eau paisibles.

 

Mes-Images-3 3228

L'eau jaillit chaude à un endroit.

C'était là que les lavandières faisaient leur lessive.

 

Mes-Images-3 3131 Mes-Images-3 3194

 

Un Schnitzel/bière rapide et reprise de la promenade.

La ville prépare la fête du "Libori" qui se tient tous les ans au mois de juillet. Un "quartier français" est en cours d'assemblage: boulangerie-pâtisserie en carton pâte.. Le Moulin Rouge est surveillé par une des nombreuses statues pieuses plaquées aux façades ou érigées en ville.

 

Mes-Images-3 3259

 

Le nombre d'églises et de magasins d'articles religieux suggèrent que l'on n'est pas dans un monde de cigales.. L'austérité de l'église luthérienne en rajoute une couche: ici on bosse dur du matin au soir, la tête dans le sillon sans se poser de questions existentielles; on gagne son salaire et on n'a pas peur de montrer l'Audi, la Mercedès ou le gros 4 x 4 garé devant chez soi.. 

On n'est pas sur terre pour rigoler: Luther n'est pas loin. 

 

Mes-Images-3 3267

 

Ayant bien marché, c'est retour à l'hôtel pour nettoyer le vélo. Il en avait bien besoin ! Je pouvais à peine faire fonctionner la béquille centrale tant elle était bloquée par les projections de boue de la semaine passée. Même problème avec la transmission... Le galets arrières étaient complètement bloqués par tout ce que j'avais ramassé dans les chemins 'bucoliques' longeant le Rur, la Ruhr et les autres passages en forêt ou en plaine...

Un cycliste de passage s'arrête. On discute matériel..

Rock'n'Roll est nettoyé de fond en comble.

Après un repas pris dans un restau indien, dernier coup d'oeil au centre ville. Le soleil couchant dore les facades des églises et des autres monuments.

 

Mes-Images-3 3265

 

La ville est vide. Quelques ivrognes et marginaux occupent un quai de la gare routière, repaire glauque, éclairé par des tubes fluo cliniques... où ils refont le monde à grands coups de gueule et de canettes de bière...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 19 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

22 juillet 2012, Paderborn - Immenhausen.

 

"Merde, encore une.... (côte)"

 

Mise en route un peu avant 9h00. Je me trompe de rue en passant la voie ferrée: retour sur 500m; pas grave ! mais c'était la première des nombreuses erreurs de parcours de la journée...

La Kaiser Route Radweg s'était terminée à Paderborn. Je devais maintenant trouver le meilleur chemin pour rattraper la Leine-Heide Radweg à Kirchgandern, en passant par Hann. Munden, objectif de la journée, soit une promenade d'une bonne centaine de kilomètres non balisés.

L'OT à Paderborn n'avait pas été d'une grande aide. C'était "terra incognita" une fois sorti de la ville vers l'est. Moi, je voulais simplement éviter les grands axes, tâchant de rester sur les voies secondaires...

 

Je quitte Paderborn par une route qui n'en finissait pas de monter. Au carrefour, pas de panneau indiquant les pistes pour vélo. 2eme erreur de trajet qui s'est soldée par un 360° autour d'un pâté de HLM pour retrouver le point de départ..

 

Mes-Images-3 3270

 

Finalement en route vers Dahl sur un plateau planté d'une multitude d'éoliennes géantes. Logiquement, je devais trouver une petite route à droite avant le village, mais pas de panneau.. ou trop occupé à regarder ailleurs ! Ce sera donc une continuation vers Dahl.

Une fois arrivé,  grand'père m'indique un raccourci à travers le village. Kolossale descente, debout sur les freins à travers des vergers...(...mais plus ça descendait, plus je craignais la montée de l'autre côté. Par expérience, elle est toujours au moins proportionnelle à la descente, sinon plus raide encore...).

Devant l'église, la fanfare attendait que la messe se termine pour conduire une procession à travers le village orné de fanions et d'oriflammes. Le calvaire et son petit parvis étaient décorés de fleurs et de fougères. Sainte Margaret avait le sourire...

 

Mes-Images-3 3273

 

J'avais eu raison de craindre le pire: succession de côtes à couper les jambes du cycliste. Quelques très belles descentes aussi.. A Grundsteinheim, c'est "geradeaus" et 2 km plus bas me voilà bon pour remonter une côte que je venais de descendre à fond les gamelles. Le sourire du cultivateur qui m'a remis sur la bonne route en disait long sur ce qui m'attendait.

 

Mes-Images-3 3278

 

Les vaches, voyant repasser le cycliste pantelant, transpirant, jurant, poussant sa monture, n'ont pas cillé: je n'étais certainement pas le premier.

 

Mes-Images-3 3279

 

Un bout de route 'nationale', heureusement pas trop passagère ce dimanche matin..

Je retrouve la piste qui serpente à travers les champs bordés de bleuets et de grandes marguerites blanches...

 

Mes-Images-3 3280

 

Ici, on sème encore de l'avoine.

Mes-Images-3 3290

 

Nouvelle côte jusqu'à Lichtenau... et ça continue à grimper, puis à descendre, puis à re-grimper... merde !

Eglise de Kleinenberg... Des bigotes voient d'un mauvais oeil le cycliste vagabond fouler le gravillon du parvis de leur belle église..

 

Mes-Images-3 3284 modifié-1

 

Succession de montées et de descentes jusqu'à Scherfede/Rimbeck, sur une piste qui passe à travers champs et bois. Arrivée à Warburg où toutes les indications cyclistes disparaissent une fois encore. Un monsieur qui lisait le journal sur son balcon me remet en route... "geradeaus" qu'il me dit, lui aussi !

A Dalheim, une brave femme me répète le mot magique: "geradeaus".. puis à droite !

Carrefour sur la piste: choix douloureux... soit profiter d'une belle descente à gauche... soit monter une côte "verticale" dans l'espoir de retrouver Grimelsheim.. Je lève le doute avec le GPS qui m'indique la côte ! Montée épouvantable.

 

Mes-Images-3 3293

 

Chateau fort perché sur une colline... (Desenberg ?). Très belle et longue descente vers Niedermeiser puis, en sortie de bourg, nouvelle route qui n'en finissait pas de monter.

Je n'ai pas trouvé la route de Kelze, mentionnée sur la carte. Celà m'a contraint de passer par Hofgeismar et de couper plein sud pour gagner Grebenstein. 

A la sortie de ce village, la côte, juste après le pont, est impossible en vélo. J'ai du m'y reprendre à 4 fois, poussant Rock'n'Roll à bout de bras...

La pendule tournait et le cycliste avait sa claque. La chaleur, les côtes, la soif et la fatigue avaient eu raison de mon désir d'atteindre Hann. Munden, situé 18 km au-delà d' Immenhausen... que je n'avais pas encore atteint.

A Immenhausen, décision est prise "to call it a day" et de trouver une auberge accueillante pour Rock'n'Roll et son cavalier.

 

Mes-Images-3 3305

 

Penzion à côté de la Rathaus. Douche ++ et une bière pour dépoussiérer les tuyaux. Visite de cette belle ville avant le diner.

Rude journée de montées et de descentes sous une chaleur écrasante.

 

Quelques commentaires basés sur l'expérience de cette journée 'non balisée' :

-se méfier du mot "geradeaus" (tout droit...)... Il est plein de pièges pour les étrangers.. Quand on connaît la route, c'est toujours tout droit; pour les autres, il y a toujours une intersection perfide qui te plante.

-utilité du GPS pour lever le doute à certains carrefours (ceci dit, on n'est pas toujours heureux de la route qu'il indique...)

-l'échelle 2km sur Google maps est parfois trop limitative car certains lieux-dits ou patelins de petite taille n'apparaissent pas. Préférer une échelle plus détaillée (1 km) et ne pas hésiter à inscrire les grandes directions/villes voisines dans la marge des cartes. (La signalisation routière indique souvent la direction de la grande ville juste au-delà du bord de la carte que l'on s'est imprimée (loi de Murphy...)).

Sur routes 'principales', faire très attention. L'automobiliste allemand s'écarte généralement bien en doublant, mais beaucoup conduisent très vite, et comme des sauvages. Rétroviseur indispensable !

-finalement, par expérience, avec vélo chargé, sur routes hors chemins balisés, je compte 70 à 80 km par jour max. à cause des erreurs de parcours et des aléas du relief. Deux vues d'Immenhausen.

 

Mes-Images-3 3301    Mes-Images-3 3312 modifié-1

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 18 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

23 juillet 2012, Immenhausen - Leinefelde

 

Départ à la fraîche d'Immenhausen après un coup de tampon à la Mairie. Ca commence par une côte !... puis ça continue par une extraordinaire descente sur des kilomètres jusqu'à Holzhausen, puis Wilhelmshausen.

 

Là, j'accroche la Radweg R1 qui longe la rivière Fulda jusqu'à Hann. Munden.

 

Mes-Images-3 3319

 

Toute la 'vieille ville' est en maisons à colombages, toutes plus belles les unes que les autres.

 

Mes-Images-3 3320

 

Des rues entières, fleuries, colorées, bancales... La ville s'étale sur trois rivières: la Fulda, la Werra et la Weser, celle-ci issue des deux premières... Tout est très beau sous le soleil qui chauffait déjà !

 

Mes-Images-3 3329

 

Passage à l'OT pour infos sur la route à suivre. Le préposé me donne toutes les indications souhaitées et me conseille une route alternative à celle que j'avais tracée.

 

Mes-Images-3 3326

 

La mienne était plus courte, mais, selon lui,  pas intéressante.

Il me suggère de descendre à Witzenhausen, puis de remonter vers Kirchgandern. "Routes plus calmes" qu'il me dit...

 

Rapide tour de la vieille ville pour photos.

 

Mes-Images-3 3337

 

Contre jours du matin splendides. Rathaus surprenante. Le vélo est épatant pour voir un max en peu de temps !

 

Mes-Images-3 3324

 

Rassuré par les indications de l'OT, je me mets en route le long de la Werra sur la radweg du même nom.

Trajet ombragé, agréable et plat...tantôt radweg, tantôt route quand les panneaux disparaissaient.

A Ermschwerd,  la piste passe en plaine dans des champs de blé, d'avoine, d'escourgeon, de betteraves, de colza... bonnes odeurs de moissons faites..

Arrivée à Witzenhausen. Ville sympa. Mini Hann. Munden avec maisons à colombages, certaines comprenant même des tours d'angle.

 

Mes-Images-3 3345 modifié-1

 

L'OT me photocopie une carte de la route jusqu'à Kirchgandern..

Il me confirme que la route est agréable. Elle passe par Eichenberg ('berg': j'aurais du me méfier..) et Niedergandern, avant d'atteindre Kirchgandern, mon premier village en Thuringe (ex RDA).

A la sortie de Witzenhausen les choses se gâtent rapidement.

Plus j'avançais vers Eichenberg, plus la côte prenait de la pente... Trop chaud et chargé pour faire un exploit, je mets pied à terre et me tape une paire de kilomètres sous un soleil écrasant, poussant le vélo d'une ombre à l'autre, regardant le haut de la côte tel un naufragé qui nage vers une distante ile déserte.. La différence, en ce qui me concernait, c'était que la côte et son sommet étaient bien réels et qu'il n'y avait pas une goutte d'eau à la ronde...

 

Mes-Images-3 3351

 

Arrêt sur la crête pour vider une gourde, puis c'est une interminable descente vers Niedergandern, hameau composé de quelques maisons massives et austères aux soubassements de grès rouge, les parties hautes étant à colombages noirs et blancs.

Après quelques A/R dans le hameau et une vérif. GPS, je trouve un chemin vers Kirchgandern.

A la frontière Basse Saxe/Thuringe, un panneau indique la ligne de démarcation ex RFA

            Mes-Images-3 3358

/ ex RDA.

 

"Ici l'Allemagne et l'Europe ont été séparés jusqu'au 18 novembre 1989 à 06h00"

 

Une pancarte accrochée à une bicoque en bois donne des explications.. le tout abandonné à la grande herbe qui, peu à peu, a envahi le lieu. 

Pique nique tardif sur la place de Kirchgandern entourée de maisons moins cossues que de l'autre côté de la 'frontière'.

Les tuiles neuves brillent sur les toits refaits. Du double vitrage replace les anciennes doubles fenêtres.. Les jardins sont pleins de fleurs.. La place a eu sa 'dotation européenne' de balançoires,  d'agrès et de tables de pique-nique... VW , Audi, Mercedes et Toyota ont pris la place des Trabant et Skodas ... mais... je ressens malgré tout une différence qui réveille des souvenirs lointains de mon enfance, d'une campagne endormie et paisible, des vacances d'été chez mes grands parents... un autre temps...

Remise en route pour retrouver la Leine- Heide radweg qui longera la rivière Leine sur une bonne trentaine de km, à plat !!

Quelques photos dans Heilbad-Heiligenstadt.

 

Mes-Images-3 3364

 

Jardins ouvriers magnifiques rappelant les jardins/datchas que je voyais en Russie...

 

Mes-Images-3 3363

 

Super complexe thermal avec piscines etc... dans lesquelles j'aurais plongé tout habillé (Rock'n'Roll aussi) tant il faisait chaud.

Le vent était maintenant du nord est... autrement dit de face !

A Leinefelde, je décide de tirer un trait. Le but initial était Mühlhausen.. 35 km plus loin. Tant pis, je recalerai le reste du voyage en conséquence. Heureusement, j'avais prévu de la marge.

Bien que la journée avait été chaude et venteuse elle avait été moins pénible qu'hier, car plus ombragée et moins vallonnée.

L'unique hôtel de Leinefelde n'ouvre qu'à 18h30... Un gars mangeant un cornet de glace me le confirme. Si cela n'avait pas été le cas, j'aurais été bon pour un bivouac, sans douche, ce qui ne m'enchantait guère..

Ouf, j'avais bien compris l'affichette sur la porte et à 18h40, Rock'n'Roll est enfermé dans un garage et moi entrain de tremper sous la douche.

Le diner sera glauque: on était quatre: le patron au bar, le cuisinier aux fourneaux moi et un autre client, probablement un voyageur de commerce avec un modeste "forfait repas"...

Marche digestive en ville pour faire passer la spécialité Thuringeoise (porc pané bien gras et consistant..). A peine 20h30. Pas un chat. Tout est fermé, les paillassons rentrés.

 

Mes-Images-3 3369

 

Seul, un jeune con frime en faisant ronfler le moteur et crisser les pneus de sa Seat dans la rue principale..

La rangée d'appareils photo Praktica, dans la vitrine du photographe, me rappelle que je suis à l'Est maintenant. (Malgré tout, j'ai pas vu de réflex Zenit...)

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 17 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

24 juillet 2012, Leinefelde - Bad Langensalza

 

Parti de bonne heure de Leinefelde; à peine plus d'activité dans la rue qu'hier soir... L'idée était de gagner Dingelstädt et l'Unstrut Radweg par le chemin le plus rapide.

Question kilomètres le choix était bon, mais question agrément j'avais tout faux. La route entre Leinefelde et Dingelstädt n'est pas drôle du tout à cause d'une circulation très dense et de l'absence de pistes cyclables, sauf dans les villages traversés..

 

Mes-Images-3 3373

 

A Kallmerode, de nombreux panneaux dénoncent les politiques et réclament une déviation: il y passe 16 000 véhicules par jour tout de même, dont une armée de camions.

Seul point positif, la route passe pas mal en forêt, procurant ainsi ombre et fraîcheur. Heureux d'arriver au croisement de Dingelstädt. Passage rapide au Lidl pour refaire le plein puis descente en ville...petite, endormie  mais très agréable !

 

Mes-Images-3 3376

 

L'employée de mairie, très sympa, m'ouvre la fenêtre de la salle du conseil pour m'indiquer la route à suivre afin de rattraper l'Unstrut radweg,

 

Mes-Images-3 3384

 

du nom de la rivière qu'elle longe. Relief en descente continue.  

Le BONHEUR !!

Excellentes pistes en plaine, le long de la rivière, en forêt... asphalt "billard" mais aussi quelques chemins forestiers. Magnifique !

 

Mes-Images-3 3380

 

Temps chaud et sec avec vent de face... mais ciel bleu et beau temps !

A Mühlhausen, je profite de passer devant un "garage à pneus" pour mettre deux bars de pression devant et derrière. Le jeune n'était pas rassuré quand je lui ai dit que je voulais 5 bars dans chaque pneu...

 

Mes-Images-3 3406

 

Tour de ville très sympa. Discussions (en Anglais) avec un artisan. Photos. Quelques bas-reliefs, vestiges du passé sur l'ancienne bourse du travail. Belles maisons fleuries, parfois bordées de petites rigoles où coule une eau limpide. Passages étroits, ruelles, pavés.

 

Mes-Images-3 3403..Mes-Images-3 3419

 

Remise en route pour Bad Langensalza. Pique-nique à 14h30. La chaleur et le vent s'étaient maintenant bien installés.

 

Mes-Images-3 3430

 

A Thamsbrück, je passe le long d'une haie de pois de senteur.... 50 m de fleurs multicolores dégageant un parfum qui me propulse encore une fois  dans mon enfance à Montagny.

 

http://img.over-blog.com/246x185/4/93/13/26/Mes-Images-3-3434.JPG

 

Ma grand'mère adorait ces fleurs et il y en avait tous les étés dans son jardin. Les sens, les souvenirs... réveillés par un bel après-midi d'été comme toutes celles de notre enfance.

Arrivée à Bad Langensalza vers 15h30. Ville splendide. Décision ?

Les filles de l'OT, très efficaces et aimables, ce qui ne gâte rien, tamponent mon carnet et me trouvent une petite pension de famille très bon marché, mais absolument nickel, non loin du centre. Je reste, car la ville regorge de merveilles à explorer.

 

Mes-Images-3 3457

 

Le camping sera pour demain (peut-être)..

Rock'n'Roll sous abri, son cavalier douché et changé.. direction le point de départ du tour de ville suggéré par l'OT.

 

Mes-Images-3 3464

 

Très belle ballade dans les rues bordées de maisons couleur pastel comme j'ai pu en voir en Hongrie et en Tchéquie.    

 

Mes-Images-3 3471                         Mes-Images-3 3473

 

Moulures sur les façades, palais, églises (nombreuses) et jardins (y compris un extraordinaire jardin japonais).

 

Mes-Images-3 3466

 

La ville est parsemée de gros bacs en bois contenant des arbres tropicaux, des lauriers roses, des bougainvillers mis en place pour l'été.

Profusion de  fleurs aux fenêtres.. L'eau est partout. Elle coule dans des petits caniveaux étroits au fond de chenaux plus conséquents. Pendant la belle saison, le lit des chenaux est semé de gazon qui est soigneusement  tondu..

 

Mes-Images-3 3474

 

De tels chenaux doivent augurer de fortes eaux en hiver ou au printemps. Beaucoup de fontaines... beaucoup d'enfants dans les pataugeoires.

Visite du jardin japonais: calme, sérénité, beauté transportant le voyageur bien au-delà des frontières de l'Allemagne !

 

 Mes-Images-3 3513  

Mes-Images-3 3512

 

Un peu plus loin, un jardinet au croisement de deux rues:  une congrégation de nains de jardin. Ils étaient tous là, même Laurel et Hardy... une sacré collection !

 

Mes-Images-3 3483

 

Le palais de Frédéric II le Sévère et les jardins qui l'entourent sont splendides dans la lumière chaude de fin d'après-midi.

Je rentre à la penzion. Je recale le voyage pour la deuxième fois. La Unstrut radweg est très belle et me tente plus que le passage à Erfurt.

Alors je la suivrai jusqu'au bout, même si elle serpente pas mal avant d'arriver à Naumburg.

 

Mes-Images-3 3531      Mes-Images-3 3484

 

De là, je trouverai bien une autre route de cyclopédus pour rattraper Leipzig, ultime étape de ce voyage.

Retour en ville pour une bière et un restau italien. La terrasse jouxte le Rathaus.

A 19h00 il n'y a plus un chat en ville. Tout est bouclé malgré cette belle soirée d'été.

 

Mes-Images-3 3538 

 

 

Autre magie du jardin japonais et bougainvillers devant l'église !Autre magie du jardin japonais et bougainvillers devant l'église !

Autre magie du jardin japonais et bougainvillers devant l'église !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 16 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

25 juillet 2012: Bad Langensalza - Artern

 

Au premier abord, la pension semblait calme. C'était sans compter les voisins de l'autre côté du mur de la cour, les sourdingues d'à côté qui n'entendaient pas leur télé et la finesse du plafond au dessus de mon lit... A part celà, la nuit fut réparatrice !

Tous les matins on me souhaite "eine gute fahrt"... tous les matins je rigole en silence car phonétiquement, en Anglais, 'fahrt', c'est un 'pet' . Pas besoin de tels encouragements quand on est à vélo...

Pour ne pas changer, je me perds en quittant Bad Langensalza. Panneau radweg OK aux abords de l'office du tourisme... puis plus rien. Après 3 km à tourner en rond, je décide de reprendre le chemin de l'arrivée d'hier.

Cette fois-ci tout rentre dans l'ordre. Le plus rageant est que mon égarement initial m'avait amené à moins de 300m de la radweg...

Mes-Images-3 3554   Mes-Images-3 3553

 

Magnifique trajet qui me fait goûter l'Allemagne de l'est 'profonde', une alternance de chemins en pleine nature et de friches industrielles d'avant 1989...ou était-ce 1950 ? Les villages, qui, même si d'énormes travaux ont été entrepris, n'ont pas encore pu se débarasser de ce qui faisait la différence avec l'ouest. Les maisons sont fleuries, avec voitures garées devant... mais les finitions sont en crépy peint, ou en dalles carrées type éternit, ou même en tuiles de tôle. Parfois même, c'est encore de la terre battue enduite à la chaux colorée.

 

Mes-Images-3 3556     Mes-Images-3 3394

 

Les rues des villages traversées sont généralement en pavés: très grossiers en périphérie, s'améliorant à mesure que l'on se rapproche du centre. Sömmerda en est un bel exemple: on quitte la radweg pour aborder la ville par les faubourgs sur une route qui déboulonnerait même des 'nylstop', puis au fur et à mesure que l'on approche du centre ça s'améliore en deux ou trois transitions.

Une fois la radweg retrouvée, c'est soleil et vent en plein nez. Route à l'est. Nägelstedt, Grossvargula, Herbsleben: super route en forêt, dans les champs à travers des vergers... chemin bordé de "champs" de mauves..

Ringleben: attente interminable au passage à niveau pour deux wagons de 'Micheline'; assurément plus de 5 minutes... On ne prend pas de risques !

 

Mes-Images-3 3563  Mes-Images-3 3562

 

Un vieux moujik en vélo attendait de l'autre côté, deux paniers gris de pommes accrochés au guidon. Rien n'avait changé pour lui.

La bonne odeur de lisier était là aussi. Elevage de cochons, style RDA à proximité. A Wenningshausen, très jolie église/cloître Saint Viberti.

 

Mes-Images-3 3570

 

Une fontaine sur le parvis ombragé projetait en l'air une petite pisselotte qui retombait dans un bassin, procurant calme, fraîcheur et bien être à l'abri du soleil de midi qui tapait fort.

Routes rurales en dalles de béton préfabriquées, 

 

Mes-Images-3 3557

 

...complètes avec anneaux de metal à chaque coin pour les mettre en place.

Du solide ! Malgré tout, l'ajustage a pris du jeu... c'est souvent préférable de rouler sur les bas-côtés.

Les champs sont immenses, probablement inchangés depuis '89. Des batteries de moissonneuses John Deere et Claas sont au boulot.

Bien que l'on soit en Allemagne réunifiée, la différence ouest/est est encore bien visible dès que l'on quitte les centre-ville occidentalisés. Ici, c'est plus lent, plus modeste, moins clinquant... pas réellement 'triste', mais  vivant putôt à un autre rythme.

Les grosses infrastructures transforment le paysage, mais les acteurs de ce paysage gardent leurs habitudes, leur façon de vivre.

Traditions et habitudes, mentalités et choix de vie ont la peau dure, comme partout ! On dirait que ce peuple, qui a été longtemps en marge de l'Europe, a en quelque sorte "trouvé la mesure", prenant à la modernité ce qui lui convient, tout en refusant de chambouler son mode de vie, resté plus paisible, plus provincial...

Les villages défilent les uns après les autres. Arrêt à Sommerda pour un coup de tampon (et une salade en attendant que l'OT rouvre à 13h30..). Jolies peintures murales. Centre ville vide !

 

Sans titre-1  Sans titre-2

Mes-Images-3 3577   Mes-Images-3 3574

 

Erreur de trajet à la remise en route... Retour à l'OT pour retrouver le fil d'Ariane.

 

A Heldrungen, petit tour en ville pour voir: pas un chat.

 

Mes-Images-3 3595

 

Faut dire qu'il faisait 36° à l'ombre.

 

Mes-Images-3 3593

 

Ca chauffait pas mal. Depuis le matin, j'avais du boire au moins 6 gourdes d'eau... Le postier sur son pas de porte me tamponne mon carnet, un peu surpris de l'équipage.

La radweg bien plate n'est pas trop pénible et les 85 km + jusqu'à Artern ne me courrouceront pas les mollets.. du moins pas autant que les mouches et les taons à chaque arrêt.

A Artern deux gentilles grand-mères endimanchées m'indiquent la route de l'hôtel Weinberg (berg : sans commentaires...).

Elles devisent sur la meilleure façon de l'atteindre, la moins pénible, la plus directe... finalement une d'entre elles me conduit à pied jusqu'au bas d'une rue 'verticale', me disant que c'est "juste" en haut...

Je traîne la tente et tout le matériel depuis plus de 1 000km sans m'en être servi.. Tantôt météo trop pourrie, tantôt pas de campings, tantôt trop chaud, tantôt coup de flemme....( y'a toujours une bonne excuse pour justifier la flemme !!!!).

 

Elle est attachante cette Allemagne de l'est, moins folle et speed qu'à l'ouest. Plus agricole, plus paisible. Les villages font ce qu'ils peuvent, les gens aussi, "the rat-race" ne semble pas les concerner...

Les grand-mères discutent, assises sur des bancs, à l'ombre, devant chez elles, un peu comme dans notre France profonde. Les gamins jouent dans les fontaines. Je passe des jardins ouvriers avec les cabanons (datchas modestes), comme en Russie: fleurs, légumes, quelques arbres fruitiers, un coin de pelouse; chacun son chez-soi, mais tout le monde s'y met pour entretenir les allées communes; un peu le 'subotnik' russe.

Devant, c'est VW et Opel. On ne voit plus beaucoup de Trabbies... ce matin j'ai quand même vu un tractor Zetor... ça existe encore..

Contre-balançant ces aspects bucoliques, les friches industrielles et autres fermes collectives modèle RDA en panneaux de béton continuent de se délabrer un peu plus chaque jour.

 

Mes-Images-3 3654

 

Les bâtiments mal construits pourrissent, les parcs à matériel ne sont plus que des amas de ferraille rouillée, de vieux véhicules accidentés, de remorques sans plateau, sans roues, de restes de gros outillages... le tout disparaissant peu à peu dans la grande herbe et les ronces qui ont tout envahi.

Quelques entrepreneurs ont repris çà et là des locaux desaffectés. Leurs enseignes modernes et leurs grosses voitures paraissent totalement incongrues dans cet environnement d'un autre temps.

Charleroi, RDA... tous les abus mènent au même résultat..

19h30. installé à la terrasse avec vue splendide sur la ville en contre-bas

 

Mes-Images-3 3600

 

(le berg offre parfois de avantages..), grands parasols; Allemands de tous âges en sandales, shorts, T-shirts, mais aussi vieux couples 'dignes', Mr. en pantalon de flanelle, chemisette;

Mme en robe, les cheveux impeccables.. c'est 19h30 ou l'année 1930 que je suis entrain de vivre ?

Soleil couchant curieux, au dessus d'une colline surmontée d'une tour.

Une autoroute en construction barre le paysage du nord au sud.. Dans peu de temps elle effacera ces moments qui semblaient d'avant guerre..

Mes-Images-3 3604  

Paris - Leipzig à vélo. J 15 : Bad Langensalza - Artern

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 15 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

26 juillet 2012. Artern - Naumburg.

 

Me voyant dans la glace ce matin, j'ai décidé qu'il était plus que temps de mettre de la lotion solaire si je ne voulais pas ressembler à un jambonneau bouilli...

Onze jours de pluie avaient quelque peu émoussé le réflexe.

 

Mes-Images-4 3608

 

Petit tour au "centre ville" où la pharmacienne m'en met pour € 24 ! Valait quand même mieux se protéger, car la météo avait annoncé des températures et un ensoleillement pire qu'hier. Quelques photos d'une énième usine abandonnée et c'est parti.

 

Mes-Images-4 3610

 

La piste est sympa. Pas de vent, permettant de passer sur le grand plateau, rarement sollicité.

A Rossleben, Monsieur le Maire en personne me tamponne mon carnet. Photo du joyeux Centre Culturel.. qu'est ce qu'ils devaient s'amuser !

 

Mes-Images-4 3619

 

Le village suivant, Wendelstein, perché en haut d'une colline, semblait valoir le détour, d'autant plus que d'en bas, de la piste, il semblait y avoir un château offrant une vue plongeante sur la vallée de l'Unstrut.

 

Mes-Images-4 3624

 

Je prends mon courage à deux pédales et me tartine la montée pour découvrir que le "château" n'était qu'un tas de ruines inaccessibles et que le village ne valait guère mieux.

Cinq employés municipaux désherbaient un bout de la rue principale. Y'en a même un qui poussait une tondeuse sur le trottoir pour couper les brins d'herbe qui poussaient entre les dalles...Un autre passait derrière avec un pulvérisateur de désherbant. Pathétique... mais faut bien employer les "sans-travail" laissés pour compte.

Quelques autres villages le long de l'Unstrut, puis c'est Nebra.

 

Mes-Images-4 3636

 

J'avais vu des photos d'une structure curieuse, sorte d'énorme nef dorée posée sur un socle, à flanc de côteau.

Mon Allemand n'étant que très basique, je ne comprenais pas de quoi il s'agissait. Mais le bâtiment intriguait.

Evidemment, l'Arche, comme elle s'appelle, était perchée en haut d'une colline, un peu comme celle de Noé, lorsque les eaux se sont retirées....

La curiosité me pousse à monter la côte. C'est un centre archéologique / musée / planétarium, construit en forme de barque solaire pour abriter le "disque du ciel" et d'autres objets du 2ème millénaire avant JC, découverts en 1999, dans la région. Malheureusement, le disque du ciel est maintenant au musée de Halle.

 

280px-Nebra Scheibe[1]

 

L'architecture du bâtiment est magique mais le temps manque pour visiter le musée. . Un coup de tampon, une médaille commémorative que l'on 'frappe' soi-même en utilisant une pièce de 5 cents, quelques photos...  et puis c'est le retour à la radweg pour la quarantaine de kilomètres qui me séparaient de Naumburg.

Il faisait très chaud !

 

A des kilomètres de Karsdorf on aperçoit un pont enjambant toute la vallée.

 

Mes-Images-4 3640

 

Il a été construit pour permettre le passage de trains à très grande vitesse. D'après les infos disponibles dans l'internet, il fait pratiquement 3 km de long, supporté par de hautes piles en béton. Kolossal ouvrage.

 

Deutsche+Bahn+Expands+High+Speed+Rail+Network+ZCz1f6tvVLXl[

 

Un peu plus loin, scène hallucinante: celle de deux employés entrain de tondre le bas-côté de la route entre Burgscheidungen et Karsdorf, bourgs distants d'environ 5 km.

L'entretien en soi n'était pas surprenant car cela existe ailleurs. Ce qui l'était, c'est qu'ils faisaient le travail avec des tondeuses poussées, coupant des bandes de 30 cm max !

 

Mes-Images-4 3649

A la vitesse qu'ils avançaient, les deux tondeurs pouvaient espérer terminer juste à temps pour recommencer en sens inverse une fois arrivé au patelin d'à côté....

 

Ahurissant !

 

Mes-Images-4 3651

 

Les vignes font leur apparition, habillant les collines de leurs rangées impeccables.

 

Mes-Images-4 3662

 

Dorndorf: église magnifique et fraîche, permettant de se reposer de la chaleur accablante.

 

Mes-Images-4 3671 modifié-1

 

Comme tous les autres villages, celui-ci est équipé de ses ralentisseurs "naturels": des rues à pavés 'variables', obligeant les véhicules à ralentir sous peine de tout casser...

C'est peut-être pour cela qu'ils n'avaient pas beaucoup de voitures "avant" ? Tous les boulons seraient tombés.

La radweg continue calmement à l'exception d'un raidillon à 10% et me mène à Naumburg sur des chemins bordés de vignes, de pommiers, de cerisiers.. de plus en plus étroits, mais très bucoliques.

 

Mes-Images-4 3709   Mes-Images-4 3664

 

Passage à l'OT de Freyburg "ville" sympa, endormie... sauf en ce qui concerne les conducteurs d'Audis, Mercedes, Opel et autres machines plus modestes qui font beugler leur sono à tue-tête, dans un volume inversement proportionnel à la taille de la voiture...

 

Mes-Images-4 3718

 

Passage au pont "Napoléon" emprunté par l'Empereur dans sa retraite après la déculottée prise à la Bataille des Nations, près de Leipzig, le 21 octobre 1813.

 

Mes-Images-4 3700 modifié-1

 

J'arrive dans les faubourgs de Naumburg vers 17h00. J'avais réservé une pension juste à côté de la radweg. Chambre calme sur l'arrière. Douche ++ avec une sérieuse couche de lotion sur ma tronche de betterave rouge, bien mûre en bas et blanche au dessus... curieux visage !

Je ne suis pas passé à Erfurt comme prévu à l'origine car peu à peu l'Unstrut m'a absorbé, m'incitant à l'emprunter jusqu'au bout. Tout le long de cette jolie rivière j'ai pu découvrir l'Allemagne de l'est rurale: je pense que j'y ai revu ce qu'était la campagne de ma jeunesse dans les années '50, campagne que l'histoire tragique de ce pays longuement figé m'a permis de revisiter.

 

Mes-Images-4 3683

 

Parcourir les vieux villages paisibles, entendre les coqs, les oies, regarder les maisons modestes, observer les vieux discutant sur le banc devant chez eux... parcourir les rues pavées (comme c'était le cas à l'entrée de Montagny, il y a bien longtemps)..

Pouvoir "revivre" des moments passés, même si ce n'était qu'une perception partielle, ne permettant malheureusement pas d'y associer les êtres aimés, depuis longtemps disparus, est malgré tout un "luxe" curieux, particulier, exclusif.

Les lieux, les couleurs, la lumière, les scenteurs et les bruits font ressurgir tant de choses du fond de notre mémoire...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 14 Septembre 2012

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

27 juillet 2012: Naumburg - Leipzig

 

Mise en route vers 8h30. Pour une fois, je ne me perds pas au démarrage... il était temps: ce soir je devrais être à destination.. La fille de la réception m'avait dit de traverser le pont devant l'hôtel et de descendre à gauche: pas trop de risques... Naumburg "centre" est à quelques coups de pédale. Un raidillon aux abords de la ville m'oblige à descendre de ma monture et à la pousser dans la côte.

  Mes-Images-4 3816

 

Rapide tour de ville, de la grande place du centre; photos et tampons et me revoilà perdu en voulant retrouver la Radweg, malgré les instructions de la patronne de l'OT... elle ne pouvait pas savoir que la route qu'elle m'avait conseillée était barrée pour cause de travaux. Les ouvriers me remettent sur la bonne voie.

 

Mes-Images-4 3823

 

Pas trop de peine à retrouver le halage de la Saale pour filer vers Weissenfels.

 

Mes-Images-4 3827

 

Je tombe sur un marriage bruyant, nouveau riche, clinquant...ne suis plus habitué au bruit..

Traversée du pont, passage devant la Bahnhof et en route pour le Nord, direction Grosskorbetha ( la petite existe aussi...).

Passage à Bad Durrenberg; radweg super agréable en sous-bois la plupart du temps. Leuna: immense zone industrielle, usines, cheminées mais moins tristes que sous la pluie. La radweg serpente à travers les champs et le soleil a remonté le thermostat de plusieurs crans.

 

Mes-Images-4 3844

 

Arrivée à Merseburg vers 12h30. Tampon à l'OT et currywurst sur la place.

 

Mes-Images-4 3848

 

La ville est en plein chantier. Les tristes HLM ont pris de couleurs; portes et fenêtres neuves, halls d'entrée rajoutés: beaucoup de travail; résultat sympa. Malgré tout, les gros tuyaux de chauffage urbain que l'on voit partout en Europe de l'est n'ont pas disparu. De temps à autre, elles deviennent plus aériennes encore... (vis de purge ?)

 

Mes-Images-4 3842  Mes-Images-4 3846

 

Trop chaud pour pousser Rock'n'Roll en haut de la côte pour visiter le Château. Les photos seront prises d'en bas sur le bord de la rivière qui baigne la ville.

 

Mes-Images-4 3860 modifié-1

 

J'avais entre temps photographié le plan de la nouvelle radweg (Salzstrasse radweg) dessiné sur un panneau juste avant la sortie de la ville. Heureuse initiative "héritée" de Daniel, mon mentor en la matière. Mise en route le long de la 181, route bruyante et chargée reliant Merseburg et Leipzig. Heureusement, la piste est en quelque sorte protégée derrière une solide barrière métallique. A Wallendorf, les panneaux de la Salzstrasse disparaissent. Le plan photographié plus un 'lever de doute' GPS me remettent sur la bonne voie. Je file à travers les champs vers le nord pour rattraper la Rassnitzer See,

 

Mes-Images-4 3866

 

immense lac où quelques heureux avaient trouvé des accès entre les roseaux pour se baigner sous le soleil de plomb. J'y serais bien allé, tant ça chauffait, mais seul, je ne voulais pas risquer le vélo et son chargement...

Un peu plus loin, m'étant réfugié sous un arbre, à l'ombre, un vieux monsieur est arrivé. Avec mon Allemand basic je lui ai expliqué d'où je venais et où j'allais. Le pauvre homme ne s'en remettait pas. "Avec le vélo" ? qu'il me dit... Pour lui, un vélo c'était un moyen d'aller faire un tour dans les champs derrière chez lui... au-delà, ça relevait de la science fiction.

 

Mes-Images-4 3869

 

Remise en route sous un cagna qui devenait lourd de oppressant. Je file jusqu'au bout de la Salzstrasse radweg et, passant par villages et bois, arrive à une intersection sans panneaux reconnaissables. Un jeune me confirme que si je continue plein est, comme j'avais fait depuis Merseburg, j'atteindrais Leipzig. Un peu de sous bois sur une route sympa sans circulation et je vois des gens à vélo, à gauche, en surplomb, sur ce qui semblait être une digue. J'y monte à la première occasion.

 

Mes-Images-4 3880

 

Oui, c'était une rivière canalisée entre deux berges très espacées surmontées d'un chemin cyclable: la Luppe, qui rejoindra l'Elster à Leipzig. Ca filait plein est et je me disais que ce devait être la rivière qui passait devant le camping au NE de Leipzig. Une fille me prévient de travaux sur le halage et de l'obligation de faire un petit détour un peu plus loin. Heureuse rencontre qui me fera passer devant la pancarte de Leipzig ! Ca y est ! je suis arrivé, même si le centre de la ville est encore à une dizaine de km.

 

Mes-Images-4 3877

 

Je ne prends pas de risques et installe Rock'n'Roll devant la pancarte pour les photos officielles. Je me souviens trop bien de Prague l'an dernier. Nous n'avions vu qu'une pancarte portant le nom de la capitale Tchèque, heureusement photographiée, au cas où...

 

Mes-Images-4 3875

 

Encore quelques kilomètres et c'est le camping. Je décide, vu la couleur du ciel, la chaleur et l'orage menaçant, de m'y installer mais en louant un petit bungalow plutôt que de monter la tente.

A peine Rock'n'Roll débâté et garé dans la petite entrée du bungalow,

 

Mes-Images-4 3885

 

c'est l'orage: un orage allemand, kolossal... des trombes d'eau, des éclairs, du tonnerre... le vent s'en mèle.. Ca dure prèsqu'une heure. Hourrah, quelques degrés de moins, ça fait un bien considérable !

 

Mes-Images-4 3882

 

J'en rajoute en prenant une douche interminable...

Quelques courses au supermarché du coin.

J'étais heureux d'avoir réussi ce voyage, seul, mais triste à l'idée qu'il prenait fin, même si j'avais encore une journée complète devant moi pour visiter la ville. Je pensais déjà à l'étape 2013: Berlin, la Pologne, Kaliningrad, la Lithuanie... et même, si le temps le permet, Riga en Lettonie.

Tant que l'on a des projets, rien n'est jamais fini..chaque voyage n'est qu'une préparation pour une nouvelle étape sur la longue route...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 13 Septembre 2012

 

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

28 juillet 2012. Visite de Leipzig et retour à Paris

 

L'orage d'hier a cassé la chaleur. J'ai bien dormi. Levé de bonne heure; douche; petit déjeuner et bâtage de Rock'n'Roll.

Mise en route vers le centre ville vers 8h30; continuation le long de l'Elster jusqu'au parc Clara Zetkin,

 

Mes-Images-4 3896

qu'une cycliste me recommande, plutôt que de prendre l'avenue très passante.

 

Mes-Images-4 3897

 

A la sortie du parc, je tombe sur la nouvelle mairie: bâtiment absolument kolossal, mastoc, orné de statues puissantes et de bronzes.

 

Mes-Images-4 3900

 

Continuation en ville où l'on reste la tête en l'air à jauger la démesure, la débauche de statues, de mercures ailés, de bas reliefs, de décorations art nouveau, de facades en tuiles d'émail etc.

 

Mes-Images-4 3996 modifié-1   Mes-Images-4 3905

 

Du moderne et de l'ancien se faisant vis à vis dans un incroyable mélange de styles, d'opposition des lignes, de conceptions architecturales différentes. Un paradis pour les nostalgiques de périodes révolues et pour les étudiants en histoire de l'art !

 

 

Mes-Images-4 3913     Mes-Images-4 3907

 

Passage à l'OT où mon carnet reçoit l'un de ses derniers coups de tampon. Je mets en route vers le parc et la statue de la Bataille des Nations, situés au sud de la ville au bout d'une avenue interminable

 

Mes-Images-4 3939

 

qui traverse des quartiers dont le design est proche de l'idée que l'on se fait de l'Allemagne de l'est "sous influence".

 

Mes-Images-4 3945

 

Le ciel s'est brusquement couvert et le vent s'est levé. Des bourrasques énormes transportent des feuilles déjà tombées et des nuages de poussière.

L'avenue passe devant l'imposante bibliothèque avant de déboucher sur l'esplanade d'une autre réalisation dantesque: le terrain de foire de Leipzig.... une collection de bâtiments dans divers états de délabrement, tristes ruines de ce que fut, avant '89, un haut lieu de la propagande du Comécon, et de l'URSS son maître.

 

Mes-Images-4 3951 modifié-1

 

Imposant pavillon soviétique, en cours de restauration: structure à colonnades en béton, surmontée d'une flèche dorée elle-même coiffée par une énorme étoile en verre rouge. (Celles des tours du Kremlin, à Moscou, pèsent  plus d'une tonne chacune...).

Photo obligée devant le double "M" de l'entrée de la foire.

 

Mes-Images-4 3966

 

J'y gare Rock'n'Roll, sur sa béquille, comme j'avais fait l'an dernier à Nuremberg devant l'estrade du "moustachu" au stade Zeppelin. Un peu ému qu'il était l'âne de métal !

Cap sur le monument qui pointe au loin.... indescriptible masse de grès rose en forme de cloche.

 

Mes-Images-4 3970

 

Ca donne l'impression que les concepteurs ne savaient pas comment le "coiffer". Bas reliefs guerriers en bas et statues kolossales en haut. C'est massif, laid, grossier, lourdingue comme la "nouvelle" mairie... en pire !!

Les cars de touristes déversaient leurs flots de voyageants, 30 minutes max et on repart...

 

Mes-Images-4 3972

 

A ce qu'il paraît, le "moustachu" aimait particulièrement ce lieu, plus imposant que les opéras de Wagner. Pour lui, c'était tout un symbole: celui des puissances alliées qui avaient finalement vaincu définitivement notre Napoléon.

D'après la brochure, c'est le plus grand monument d'Europe. Une chose est sûre: il aurait bien pu être bâti par les mêmes architectes que ceux qui ont sévi sur le champ de foire que je venais de quitter: c'était du costaud !...

Retour en ville après une grosse averse. Direction le centre à travers les rangées de HLM, certains rénovés, d'autres en attente. Toutes les banlieues se ressemblent à l'est. 

Visite de lieux complètement dingues comme l'Université de Leipzig semblable à une énorme cathédrale de verre bleu et de métal, dans laquelle vient s'incruster un "panneau/vitrail".

 

 Mes-Images-4 4053

 

Les autres bâtiments de l'Augustus Platz ne sont pas moins intéressants, temoins d'un passé qui ne regardait pas à la dépense en béton...

 

Mes-Images-4 4056 modifié-1

 

Très belle fontaine et curieuse paire de sonneurs de cloches en haut d'un des immeubles.

 

Mes-Images-4 4078

 

La fin de visite devient malheureusement du "bouche-temps", pendant lequel je repasserai dans des lieux vus le matin. Seule avantage: la lumière a changé, permettant des prises de vue moins ternes.

 

Mes-Images-4 4043

 

Fin d'après-midi: direction la Hauptbanhof...

 

Mes-Images-4 4090

 

qui fait pâlir de honte nos gares parisiennes: propre, bien organisée, une signalétique simple, claire, irréprochable: la classe pour le touriste paumé ! On a prèsque honte de circuler sur les sols impeccables avec le vélo.

Des agents de la gare m'indiquent le lieu exact où je dois me tenir sur le quai pour charger Rock'n'Roll. Le premier train Leipzig - Hannovre part à l'heure. A 20h23 précises, je suis à Hannovre et à peine sur le quai, dois subir les incivilités, grossièretés et cris d'une bande d'Africains avinés qui réglaient leurs comptes dans un total mépris des voyageurs qui essayaient de regagner la sortie. Merde !

Après trois semaines de calme je retrouvais subitement et sans transition ce que je considère comme le pire fléau de notre temps: le manque de respect de l'autre...

Autant la gare de Leipzig est un "palais", autant celle de Hannovre n'est qu'une énième 'gare du nord', repaire des marginaux locaux, punks, alcooliques et autres paumés gueulards.

Mon deuxième train arrive et se connecte aux wagons pour Zurich, déjà en gare. J'installe Rock'n'Roll au chausse-pieds dans la section réservée aux vélos.  Je le cale tant bien que mal pour minimiser les dégâts. Heureusement, le dérailleur AR est côté cloison.

Mon compartiment couchette est nickel. J'y suis tout seul... Un sandwich et un coup de rouge pour le faire passer... et dodo... en morse car ça remue pas mal quand-même.

...mais quelle bonheur de pouvoir s'allonger !

A six heures on est à Saarbrucken; Epernay à 8h45; Paris juste après 10h00.

Le wagon à vélos est pratiquement vide, les autres cyclistes étant descendus aux arrêts précédents. Rock'n'Roll est dans son coin. Pas de dégats ! Ouf !!

Je dis au-revoir à 5 jeunes qui remontent patiemment leurs vélos emballés, sur le quai et prends le cap de la maison.

 

Mes-Images-4 4104

 

Le vélo est remisé à la cave et les sacoches montées à l'appartement. A peine rentrés, cycliste et matériel n'attendent qu'une chose: reprendre la route pour retourner explorer l'Europe... un peu plus à l'est encore ... Ce sera l'été prochain !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 12 Septembre 2012

Voici quelques autres photos prises durant mon voyage de Paris à Leipzig en vélo...

La numérotation (ex. J4) permet de les raccrocher aux articles publiés, portant le même numéro.

J'ai eu un immense plaisir à faire ce voyage, même si la météo a été particulièrement contrariante durant le mois de juillet passé... j'espère que les photos encourageront d'autres cyclo-voyageurs à bâter leus "ânes d'aluminium" et à partir à la découverte de l'autre.

 

Mes-Images-4 2605

 

Normal d'en trouver à Aachen.... la Belgique faisait partie de l'Empire de Charlemagne !

 

Mes-Images-4 2606

 

Vitrine d'un autre temps. J'en verrai d'autres et pas seulement en Allemagne de l'Est...

 

Mes-Images-4 2623

 

Le "Kaiserdom" se passe de commentaires... y'a qu'à lever la tête et en prendre plein les yeux !

Contre la modeste somme de 50 centimes d'euro un préposé délivre une autorisation de photographier à l'intérieur du Dom.... petite bande de papier que l'on attache à l'appareil.

Mes-Images-4 2637

Mes-Images-4 2630 

 

Mes-Images-4 2656

Mes-Images-4 2646

 

Profusion de Mosaïques

 

              Mes-Images-4 2658

 

Mes-Images-4 2654

Détail du sol de la Cathédrale

 

Mes-Images-4 2663                                                                                                                         

                                                                                          Un bec de cane original !

 

  Mes-Images-4 2679    

Buste de Charlemagne dans le hall de la Rathaus

 

 

Mes-Images-4 2681

Le Dom vu de la Rathaus

 

Mes-Images-4 2695

Remise de "l'Internationaler Karlspreis" à François Mitterand et Helmut Kohl en 1988.

 

 

Détail du portrait de Charlemagne exposé à la Rathaus                                                              

Mes-Images-4 2699

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0