Articles avec #paris - bretagne en velo - 2011 tag

Publié le 21 Décembre 2011

La Bretagne par la Seine, la Loire & le canal de Nantes à Brest -1
Carte du parcours

Carte du parcours

Paris-Kerpot 2011

 

Eté 2011, Paris-Malesherbes. 90km, 14.5km/h de moyenne.

Je devais partir le 7 mais le vent était si fort et le ciel si menaçant que j’ai décidé de reporter le départ au lendemain. La mise en route un peu tardive du 99 a décalé les km du matin si chers à Daniel.. mais qui sont si vrais si on veut avoir une chance d’atteindre l’objectif fixé pour la journée.!

Descente vers le bois de Vincennes par le chemin habituel sur la piste cyclable entre les Maréchaux et le périf. Pont Mandela, Ivry, Vitry, Choisy, Ablon sur Seine, Athis Mons, Viry Chatillon, Ris Orangis, Evry… pour arriver enfin à Corbeil Essonnes. Le tout sur des pistes, halages, chemins et routes diverses –même un bout de N7- longeant la Seine, grise et triste sous un ciel bas et menaçant.  Pas très gai le départ ; bien différent de celui de juillet 2010, qui s’était effectué sous un soleil de plomb.

A Corbeil, au Syndicat d’Initiative, premier coup de tampon du voyage et remise sur la bonne route pour attaquer la vallée de l’Essonne. Je commence par une côte interminable sous la pluie et décide de m’arrêter dans un Routier pour déjeuner. La cuisine du resto était profitable car je l’ai eue sur l’estomac pendant une bonne partie de l’après-midi. Longer l’Essonne est un régal de cycliste car il n’y a que très peu de relief. J’ai quand même dû pousser le vélo dans la côte à la sortie de Saussay pour rattraper la D31 en direction de la Ferté-Alais.

Parcours assez peu intéressant : villages dortoirs,  alignements de gros pavillons récents, pas beaucoup de  caractère.

A la sortie de la Ferté-Alais,  la route de Guigneville, Jouy, Bouttigny serpente à plat dans des bois de pins et de bouleaux, parsemés de grès énormes.

 

 IMG 1147

Artisan Plombier à Corbeil

Une vieille plaque en fonte apposée sur une maison rappelle « que la mendicité est interdite dans le département de Seine & Oise ». Très joli château à Bonnevaux, puis dernière ligne droite jusqu’à Malesherbes, atteint vers 17h00.

J’avais prévu le camping ce soir-là, mais la météo n’était pas engageante, alors ce sera ’L’Ecu de France’ sur la place et un excellent resto indien le soir. Grosse erreur d’avoir mis un short pour pédaler…  L’arrière train s’en ressent !

Rock ‘n’Roll est remisé dans le garage de l’hôtel, au sec.

La pluie et le vent rendent cette première journée un peu triste. Les paysages d’un bord de Seine peu intéressant et très industriel ne font rien pour égayer le cycliste. Seul intérêt : c’est relativement plat.

Ça ira mieux demain !

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 20 Décembre 2011

 

Malesherbes Olivet

 

Eté 2011, Malesherbes – Olivet. 83km, 14.1km/h de moyenne.

Ciel gris mais sec. Mise en jambes avec la côte à la sortie de Malesherbes. Puis vent, vent, vent de face à travers la campagne relativement plate dans la région de Pithiviers. Heureusement, la forêt d’Orléans sert de coupe-vent, facilitant une partie du trajet. Routes en forêt plates. Hêtres, chênes, bouleaux et pins sur des kilomètres. Pique-nique à Sully la Chapelle sur la place ornée d’une fontaine.

Encore quelques kilomètres et je rattrape le Canal d’Orléans à Fay aux Loges.  Longue et agréable promenade jusqu’à Combleux  où le canal rejoint la Loire. Il continuera de la longer jusqu’à Orléans, tantôt en eau, tantôt rempli de nénuphars, tantôt à sec. Une petite section à l’entrée d’Orléans a même été fermée par un épais mur de terre pour y garder l’eau en vue du Festival de Loire, « Le plus grand rassemblement de la marine fluviale » selon la brochure !

Poursuite du voyage au soleil sur des quais larges et agréables, jusqu’au pont Royal, puis direction Olivet.  Camping municipal super sympa géré par une famille chaleureuse et accueillante. Un ‘must’ si l’on prévoit de s’arrêter à Orléans. Conseils, cartes, épicerie de base, dégustation de vins et produits locaux, camion à Pizza, tout est là pour rendre le cycliste fourbu heureux !

Tente montée, douche prise, dégustation de vins d’Orléans, bières locales et une pizza aux 4 fromages … et ce sera dodo dans ma tente qui se fond dans les multiples verts qui bordent le Loiret tout proche.   

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 19 Décembre 2011

 

Olivet-Amboise.jpg

Eté 2011, Olivet – Amboise. 107km, 14.5km/h de moyenne.

Journée de grand bleu et de très forte chaleur !

Départ d’Olivet vers 08h30 pour un gymkhana agréable à travers les différents quartiers du sud-ouest d’Orléans. La route serpente à travers les vergers, des champs de soja, des bois puis finalement rattrape la Loire à l’embouchure du Loiret. La route continue sur la digue construite pour contenir les humeurs imprévisibles du fleuve. « La Loire à vélo… ». Le balisage est super et mène le cycliste le long de petites routes partagées et de chemins en sous-bois au revêtement souple et impeccable. Magnifiques vues sur la Loire ensablée et paresseuse. Ilots de cailloux, bouleaux, oiseaux. Splendide !

Arrivée Meung sur Loire. Un coup de Tampon sur le carnet à l’Office du Tourisme et continuation en plein soleil sur la rive droite jusqu’à Beaugency. Curieux pont à « arcades variables ». Jolie ville surplombée par l’imposante tour carrée, dite « tour de César ».

Chapelle magique sur le bord de la route à la sortie de Tavers/entrée de Lestiou.

A l’entrée d’Avaray, une pancarte indique le restaurant local. Pour moi ce sera un steak frites et une bière car je n’avais pas trop envie de thon en miettes ou de corned beef. Steak-frites atomique car le village est à un jet de pierre de la centrale nucléaire de St Laurent, sur l’ile, de l’autre côté du fleuve…

L’après-midi se passera sur des chemins et routes divers. A Muides sur Loire, le trajet de « la Loire à vélo » continue rive gauche via Chambord. Je reste sur la rive droite sur des chemins plus ou moins bien fléchés et termine sur  la N152 à Menars. Calvaire de voitures, de camions de chaleur et de bruit ; laideur des abords de Blois !

Traversée assez rapide de la ville ; je rattrape la rive gauche et découvre, accablé par le soleil et le vent, qu’il y avait encore 42km à parcourir pour atteindre Amboise !!!

Eole avait repris force et vigueur et le cycliste avait les jambes sciées. Kilomètre après kilomètre, les gourdes vides, je suis arrivé à Candé sur Beuvron par une déviation à cause d’une brocante à neu neu dans un village perdu entre Chailles et Candé.

Un coca à la terrasse d’une boulangerie me remettra en selle pour les kilomètres restants. Amboise est atteint vers 19h... j’avais pédalé pendant 7h20...

Le château sur la hauteur, rive gauche, était magnifique, la pierre dorée par la lumière de fin d’après-midi, mais mon envie de rejoindre le camping dans l’Ile d’Or ne me laissa guère le temps de l’admirer.

Malgré un accueil sympa à l’arrivée, le camping est glauque : alignements de camping-cars le long d’allées tirées au cordeau, herbe inexistante sous les arbres plantés en rang d’oignon… Bien différent de celui d’Olivet…

Ma petite maison verte installée, ça a ensuite été une douche sans fin : froide, chaude, tiède... tout y est passé. Pas le courage de sortir le gaz –la nuit tombait déjà- alors ce sera une compote, un Yop, une Badoit et un Coca !

Demain je referai les pleins plus sérieusement.

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 18 Décembre 2011

 

Amboise-Saumur.jpg

  Eté 2011, Amboise – Saumur. 96.5km, 14.9km/h de moyenne.

Averses torrentielles le matin ;  beau temps l’après-midi !

Nuit agitée par une pluie incessante, par les vagissements débiles des jeunes Anglais avinés et par la fête des 10 ans du club de canoë-kayak. Dormi en morse écrit en pleins et en déliés…

Heureusement, la pluie a cessé le temps de tout démonter et de partir. Malgré tout, la tente est pliée mouillée. Courses rapides au Carrefour market d’Amboise.  La pluie s’est remise à tomber de plus belle. Tentative d’un café, histoire de laisser passer le grain. J’avais garé Rock ‘n’ Roll sous l’auvent de la terrasse d’un bistrot. Visiblement ça ne plaisait pas au patron qui est sorti pour me le dire. Il a eu droit à une bordée d’injures, l’imbécile facho. Résultat : suis reparti dépenser mes sous ailleurs. La pluie tombait de plus belle !

Dans un arrêt de bus j’ai enfilé le poncho et les guêtres et 2km plus loin me suis rendu compte que mes ‘ailes de mercure’, cadeau de ma fille, étaient restées sur le banc de l’abri. Demi-tour pour les récupérer. Elles étaient toujours là ; ouf !

Longue misère sous la pluie, parfois très battante ! Café/tartines dans un bistrot sympa à Montlouis sur Loire. Coup de tampon dans le carnet. La pluie me suivra tout au long de la matinée et jusqu’au début de l’après-midi. Grains, averses, giboulées, j’ai eu droit à toutes ses déclinaisons.

Traversée de Tours triste, mouillée et déprimante. Je perds trace de la signalisation de la Loire à Vélo et continue sur la rive gauche via Savonnières et Villandry. Je me retrouve même sur une 4 voies que je quitte juste avant le panneau ‘route à automobiles’ à la sortie ouest de Tours.

14h10 Bréhémont : un déluge m’oblige à me mettre à l’abri sous le porche de l’église. D’autres cyclos sont réfugiés sous un auvent un peu plus loin. Tout dégouline… Difficile de sortir les cartes de la pochette plastique de ma sacoche de guidon. Tout est trempé. Une accalmie permet la remise en route vers Saumur. Je ne choisis pas le détour par Chinon, mais continue en longeant la Loire. Passage autour des cocottes minute de la Centrale nucléaire de Chinon et D7 jusqu’à Candes St Martin et Montsoreau, deux jolies villes sur le bord du Fleuve.

La vélo route monte sur les coteaux en surplomb et passe dans les vignes... Je reste en bas et passe le méridien 0° un peu avant l’arrêt à Beaulieu dans au château transformé en chambres d’hôtes.  Malgré mon aspect cyclo peu engageant, les charmants propriétaires Irlandais m’accueillent chaleureusement. Mary et Connor  me proposent la chambre Louis XIII, véritable suite avec lit à baldaquins… Ce sera €100 pour la nuit avec petit déjeuner... tant pis, c’est dimanche et j’en ai trop bavé sous la pluie.

Rock ‘n’Roll est remisé dans le garage où je mets tout à sécher : tente, poncho, guêtres, sacs divers… Mes chaussures de cycliste sèchent à la fenêtre de la salle de bains, remplies de kleenex... les semelles prennent les derniers rayons d’un soleil qui a finalement fait son apparition.. Petite lessive qui ne sera pas sèche le lendemain matin et que je devrai rouler dans un sac en plastique en attendant la halte suivante... Douche !!!!

Une flûte de vin de Loire pétillant m’attendait au salon en guise d’apéritif. J’y rencontre une Australienne et une Canadienne venues faire une expédition équestre à travers la région. Départ le lendemain matin dans le bois de l’autre côté de la route.

Le dîner, servi par la maîtresse de maison fut royal. Excellents Chenin blanc et vins rouges du Saumurois.  Le repas terminé, les salutations d’usage faites, je me retire dans ma suite pour une nuit de sommeil sérieux et réparateur, au sec !

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 17 Décembre 2011

 

Saumur-Ingrandes.jpg

  Eté 2011, Saumur – Ingrandes. 91.5km, 15km/h de moyenne

Remise en route un peu laborieuse car tout était en vrac dans le garage. Tente à peu près sèche, guêtres humides.. Départ ‘sec’ vers 09h30. Passage à l’office du tourisme de Saumur, près du pont pour un coup de tampon et achat de cartes Eurovélo6, les miennes étant trop imprécises.

Traversée de nombreux villages en bord de Loire dans divers états d’entretien. Beaucoup de constructions en tuffeau, calcaire tendre extrait des falaises bordant le fleuve. Les cavités laissées ont été aménagées en caves à dégustation par les viticulteurs du coin.

La pluie commence vers midi, fine et pénétrante. A la sortie de Saint Mathurin sur Loire, suis obligé de m’abriter sous une paire d’énormes séquoias un peu perdus dans ce coin de France. Un Suisse m’y rejoint. Lui rentre à Zurich par tout un dédale de chemins, mais il a le vent pour lui…

On repart chacun dans sa direction et rebelote, la pluie se remet à tomber en crachin soutenu. A la Dagueunière, ruisselant, je me protège dans une cabine téléphonique à côté de la stèle du concours national de labour... puis finalement je déjeune d’un menu ouvrier dans le bistro local, dans l’attente d’une accalmie. Pas de chance, elle ne viendra pas !

Remise en route pour affronter vent et pluie toute la journée. Passage au sud d’Angers sur le bord de Loire ; Bouchemaine, Savennières, La Possonnière, Le Port Girault… Je reste rive droite et passe la pancarte « St Germain des Prés ».

A Montjean sur Loire, traversée pour reprendre la route sur la digue, rive gauche. Le vent et la pluie ne faiblissent pas. L’objectif était Ancenis mais je décide de tirer un trait à Ingrandes sur Loire, une vingtaine de km en amont. Tant pis, on mettra les bouchées doubles demain.

Loire sableuse, cafardeuse et grise ; quelques bateaux à fond plat noirs, coiffés de leurs curieuses cabanes,  aussi sombres que le fleuve.  Pas de camping ce soir : trop trempé ! Le Logis de France est complet mais me trouve une chambre d’hôtes à Ingrandes, de l’autre côté du pont. Mme Lamour m’accueille chaleureusement. Rock ‘n’Roll garé au sec dans le sous-sol ; tente et linge ré-étendus, nouvelle lessive de T-shirts trempés… Chambre magnifique avec balcon et vue. Dommage que la météo soit si pourrie. Maison décorée de façon exquise.

Seule ombre : je dois retraverser les 540m du pont pour diner au ‘Poisson d’Argent’ en face.  Retour mouillé !

Le matin suivant, Mme Lamour me rend mon linge lavé et sec, sans supplément.

Merci pour tant de gentillesse !

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 16 Décembre 2011

 

Ingrandes-canal.jpg

  Eté 2011, Ingrandes – Le Cramezeul, sur le Canal de Nantes à Brest. 89.5km, 15.3km/h de moyenne

Petit déjeuner de gala ! Pain perdu, crêpe,  croissants, jus frais, fruits… Mme Lamour fait bien les choses ! En discutant, on se rend compte que l’on a des connaissances communes : un ancien collègue de Poclain ! Le monde est petit.

Départ vers 9h30, une fois Rock’ n’ Roll bâté. Je repasse le pont et continue sur la digue rive gauche. Une demi-heure au sec et la pluie recommence. Crachin dense, pluie, vent, la totale ! A Ancenis, passage du pont et mise  à l’abri sous les auvents du théâtre municipal. Ciel noir, idées noires.. Ça se calme un peu et je remets en route en retraversant la Loire à Oudon. Pique-nique sur une aire aménagée à La Varenne, entre deux averses. Dernier coup de cul pour Thouaré sur Loire où j’ai décidé de rattraper la D37 en direction de Carquefou et Sucé sur Erdre.

Un coup de tampon à la poste de Thouaré ; une attente « pluie » sous les arbres près de Carquefou... Finalement le soleil perce  et en très peu de temps le ciel se met au bleu, ponctué de cumulus de beau temps et le vent en profite pour tourner : je le retrouve une fois de plus de face !

Le Syndicat d’Initiative de la jolie ville de Sucé sur Erdre est fermé. Faudra monter à Nort sur Erdre pour avoir des renseignements sur les hébergements et le canal. Va pour 13km supplémentaires ! Là, la demoiselle  de l’Office me trouve une chambre d’hôte super sur la route de Blain, au chemin qui mène à l’écluse de Cramezeul. Courses au Super U et derniers efforts pour rejoindre mon toit.

La joie de vivre est revenue !  Coup de fil de Daniel qui s’enquiert de mon avancement. Demain, en fin d’après-midi, je serai à Malestroit.

Discussions avec la famille d’accueil, ‘appartements’ super. Le soleil  est arrivé à point et me permet de faire sécher poncho, coupe-vent, guêtres et autres matériels mouillés. Je profite de la belle fin de journée pour défaire mes sacoches et faire un peu de rangement.

Rock ‘n’ Roll est remisé sous un auvent protégeant un ancien four à pain qui fonctionne lors de fêtes de village. Je mitonne mon repas dans une petite pièce mise à disposition par les propriétaires. Le camping gaz et la popote sont mis à contribution pour la première fois depuis le départ. Excellent repas. Notes et dodo ; la douche attendra demain.

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 15 Décembre 2011

 

Malestroit.jpg

  Eté 2011, Le Cramezeul – Malestroit. 102km, 15.3km/h de moyenne

Levé comme d’hab. après une nuit relativement OK : une chouette a hululé un bon moment… Petit déjeuner sympa et copieux.

Rock ‘n’Roll est bâté méthodiquement. (faut pas avoir l’air d’un moins que rien en arrivant à Malestroit !). Ciel bleu, soleil au rendez-vous..  En route à 9h00 pour 102km de pur bonheur le long du canal. Quelques rares longueurs mais la grande majorité du canal est magique ! Les brumes du matin se dissipent rapidement ; le halage est bordé de prés, de peupliers, de haies. Le canal serpente tantôt en sous-bois, tantôt en plaine. Les senteurs de fleurs, les oiseaux, les grenouilles, tout semble réveillé par le soleil enfin venu. Très peu de vent : un parcours idéal. Arrêt à Pont Miny, avant Redon pour un pique-nique sérieux sur une aire aménagée.

Un peu plus loin, un pêcheur mesure un brochet qu’il venait de prendre. « faut qui font au moins 50cm » qu’il me dit... le sien faisait 52. Quenelles en perspective !

Arrivée à Redon et passage au Syndicat d’Initiative pour un coup de tampon. La demoiselle appose celui des pèlerins de Compostelle. Reprise de la route le long du canal. Passage à l’île aux pies, endroit splendide avec falaises en surplomb. Accro-branches pour moustachus à St Vincent sur Oust. Faudra y venir l’été prochain.

Le parcours continue sur un halage en parfait état, même si par endroits le gravier très fin du revêtement ralentit un peu la monture.

Surprise ! Daniel m’attend avec Mout-Mout à St Congard, à une dizaine de km de Malestroit. On fait le reste du chemin en discutant. Je pousse le vélo dans la pente qui mène chez lui.

Douche, bières, discussions d’anciens combattants, une promenade à Rochefort, projets 2012… puis dîner et au lit à 23h30.   

Superbe journée de ciel bleu et de soleil. Canal magique : hérons, canards, fleurs... et en prime, pas de vent ; et comme cerise sur le gâteau, l’accueil super chaleureux de Daniel et de son épouse.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 14 Décembre 2011

 

Kerpot

  Eté 2011, Malestroit – Kerpot. 76.5km, 15.1 km/h de moyenne

Nuit réparatrice  chez Daniel. Dormi comme une masse ! Levé à 7heures. Petit déjeuner et re-bâtage de la mule en aluminium. Daniel m’accompagne, via le centre de Malestroit, jusqu’à ‘la Née’. On se quitte avec des projets pour 2012 : Belgique, Hollande, Danemark ou un tronçon de la EV6 jusqu’à la Mer Noire ?? A voir.

Vents favorables sur une route tranquille ; creux et bosses à la queue leu leu. Courses à Sérent et 2 bars dans les pneus dans un garage de contrôle technique  automobile sympa. Le monument aux morts me fait froid dans le dos : 200 enfants du village disparus en 14-18... Sérent, c’est pas bien grand !

Coup de tampon à la poste de St Jean Brévelay : l’office du tourisme indiqué à l’entrée du village est introuvable.

A Pluvigner, je cherche une aire de pique-nique pour déjeuner : Office du Tourisme fermé… Je m’arrêterai à la sortie du village, devant l’entrée d’une grande propriété. Le muret est à la bonne hauteur. Rock ‘n’Roll à l’ombre, je déjeune de sandwiches arrosés d’une demi bouteille de Bordeaux. Faut tout de même pas défaillir dans la dernière ligne droite !

Le cycliste repu reprend la route vallonnée,  poussé par un vent léger jusqu’à Languidic. Tampon à la mairie et fin de trajet en apothéose sur la vieille route qui mène à Kerpot.

Les vitesses de Rock ‘n’Roll semblent mieux passer. Curieux quand même…. Etait-ce parce que mon dragon de bitume sentait l’écurie ?

15h20 : arrivée !! Journée délicieuse de soleil, de cumulus de beau temps et de vent arrière. Ce n’était pas arrivé depuis longtemps.

Tente et duvet sur le fil à linge, idem guêtres, bâche et tout le reste. Il faut profiter du soleil tant qu’il daigne nous illuminer...

Ce voyage, qui semble avoir débuté il y a si longtemps, est maintenant terminé… mais pas dans la tristesse, car d’autres, dont on ne devine pas encore les parcours ni les objectifs, sont déjà pressentis...

Kerpot opère son enchantement habituel et très bientôt, les nuages sombres - tant au sens propre qu’au figuré - qui avaient tourmenté le cycliste durant la semaine passée, disparaissent, chassés par la magie de Robert et d’Elisa.

 

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0

Publié le 13 Décembre 2011

 

IMG 1472

Auray – Paris TGV 8730

Une semaine à l’aller… 3h30 au retour

Attention, Rock ‘n’ Roll acquiert vite des goûts de luxe !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Bretagne en vélo - 2011

Repost0