Articles avec #paris - leipzig en velo tag

Publié le 1 Octobre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

Le projet initial devait se terminer à Erfurt. Mais en y regardant de plus près je me suis rendu compte que je pouvais ajouter quelques kms supplémentaires pour aller jusqu'à Leipzig !

 

Après tout, début Mai, j'ai effectué la première partie du périple avec Daniel et son fidèle âne de métal celte "Mout-Mout". Ensemble, on a fait Paris  -  Charleroi. (les articles concernant ce trajet sont sur mon blog).

De là, Daniel a continué vers le nord jusqu'à Varsovie, en passant par Bruxelles, Amsterdam, Copenhague, Malmö... avec retour par Berlin: trajet extraordinaire qu'il a décrit à l'adresse: danydarminichi.over-blog.com.

Moi, pour des raisons de temps disponible,  je me suis contenté de revenir à Maubeuge où j'ai pris le train avec Rock 'n' Roll, pour Paris.

 

Le 11 juillet je remets en route.... d'abord en train jusqu'à Maubeuge, pour éviter de refaire le trajet de mai, mais surtout pour gagner 4 jours précieux....

De là, je reprendrai la Véloroute de la Sambre et le Ravel 3 jusqu'à Charleroi et m'arrêterai à Namur à l'issue d'une première journée bien remplie. Ce sera ensuite

Liège, Trois Bornes, Aix la Chapelle, puis la Kaiser Route Radweg (la route de l'empereur Charlemagne) qui serpente sur plus de 400 km jusqu'à Paderborn.

 

Quelques coups de pédale supplémentaires pour rejoindre Erfurt, ville de Martin Luther, où vécut Johann Sebastien Bach, passant par une succession de bourgs magnifiques...

L'expédition 2012 se terminera à Leipzig, via Weimar, vers la fin juillet.

 

Un peu plus d'une quinzaine de jours de vélo sur un super trajet, pas nécessairement très plat... Bivouac, campings, chambres d'hôte...la fatigue et la météo décideront du choix.

 

Retour Leipzig - Paris en Train !

 

C'est la première étape d'une ballade qui me mènera à St Petersbourg, en 3 ou 4 étés.

 

Le vélo est prêt, le cavalier se prépare et le mental est au beau fixe !!

 

 

Candidats ??

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 30 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

11 juillet 2012: Paris - Maubeuge en Train. Maubeuge - Namur en vélo.

 

C'est reparti !  J'avais dû interrompre le voyage de printemps à Charleroi et laisser Daniel filer seul vers le Danemark, la Suède, la Pologne avec retour en France via Berlin. Cette fois-ci c'était à mon tour de reprendre le parcours que j'avais préparé, là ou je l'avais interrompu, l'objectif étant de relier Paris à St Pétersbourg en 3 étapes, étalées sur 3 ans. La première partie du voyage est relatée dans des articles précédents.

 

Démarrage au petit matin du 11 juillet après avoir bâté le mulet en aluminium et embrassé ma femme qui était descendue immortaliser le départ.

 

depart 009

 

Je partais seul, loin, longtemps: elle n'était pas trop rassurée, mais j'avais bien préparé mon parcours et me sentais sûr de mes capacités à mener le voyage à bien. C'est dans la tête que ça se passe et l'expérience acquise avec Daniel l'an dernier sur notre Paris-Prague allait maintenant être mise à l'épreuve !

Pas grand monde dans Paris à 7:00h du matin au mois de juillet, sous un crachin breton épais et tenace. Ciel bas et gris...

Gymkana pour monter le vélo dans le TER. Le compartiment n'est pas très grand et les portes sont étroites. On part à l'heure à travers une France pas très ensoleillée..

A Compiègne ça se lève un peu. (Une stèle en gare de Compiègne rappelle de bien tragiques moments de notre histoire...)

 

Mes-Images-2 2449

Débarquement à Maubeuge. Harnachement de la bête.

Cris du chef de quai qui engueulait copieusement deux Hollandais qui circulaient sur le quai de la gare en vélo. Il menace de les obliger à emprunter les escaliers pour sortir de la gare... finalement, tout s'arrange et on passe sur les voies, ce qui est quand-même plus simple.

Essai de coup de tampon sur mon carnet de voyage pour marquer ce nouveau départ. Abandon, car un vieux tromblon n'en finissait pas de casser les pieds au préposé du guichet pour un voyage en septembre à Angers... d'ici-là...

Mise en route par la véloroute de la Sambre sous un ciel un peu moins triste.

Office du tourisme de Jeumont fermé: pas de tampon là non plus... mais belle réalisation d'un sculpteur local ayant plus l'air d'une arnaque aux fonds publiques que d'une oeuvre d'art....

 

Mes-Images-2 2451

 

Je file sur la piste que j'avais déjà parcourue en mai et à Thuin, comme convenu, je retrouve l'équipe de Cyclotrans-Europe qu'Erick accompagnait de Köln à Paris.

Un coucou sympa. On se quitte et je me resouds à monter à l'office du tourisme perché en haut d'une côte en pavés impossible à monter à vélo. Le cavalier et la mule arrivent en haut pantelants, transpirants espérant que l'OT ne serait pas fermé pendant le midi.

Coup de tampon; quelques photos et me voilà reparti vers Charleroi passant par le complexe bordant la Sambre. On ne peut pas le louper... c'est grandiose !

 

Mes-Images-2 2462

 

Les abords de la ville côté ouest n'étaient pas plus gais qu'en mai: grosses usines un peu plus en ruine, recyclage métaux, chargement de barges énormes, fumées... Une péniche manoeuvrait à grands coups d'hélice pour, semble-t-il, se dégager d'un pont mal jaugé... encore une dizaine de mètres et elle n'avait plus de cabine...

 

Mes-Images-2 2460

 

Quelques soucis pour retrouver la continuation du halage après la gare, mais avec l'aide d'un Louison Bobet de passage tout s'arrange. Le couloir était quand même étroit... et les marches n'arrangeaient rien.

Le Ravel (véloroute en Wallonie), suit la Sambre bordée de grosses industries de recyclage, de chantiers navals, de cimenteries et d'énormes usines en tout genre. Pas très bucolique tout ceci, hormis de rares endroits.

 

Mes-Images-2 2475

 

De plus, la piste est constituée de plaques de béton parfois disjointes..Ca secoue pas mal! Près de Namur j'ai été obligé de quitter le Ravel et de circuler sur la Chaussée de Charleroi: un enfer !!!

 

Mes-Images-2 2470

 

17h30: arrivée chez Micheline et Vincent. Accueil très généreux et sympathique. On discute. Des amis nous rejoignent. On dine et on repart tous ensemble faire une promenade (à vélo) digestive, car je devais dormir chez les amis qui nous avaient rejoints. Montée à la Citadelle... sans commentaires.... J'ai dû pousser le vélo dans la dernière partie de la côte.. mais une fois en haut, quelle vue extraordinaire sur la ville et sur la Sambre qui se jette dans la Meuse à nos pieds ! Magnifique soleil couchant... (ça s'était un peu arrangé l'après-midi).

 

Mes-Images-2 2480

 

Descente et parcours à travers la vieille ville pratiquement déserte à 21h00. Faut dire que la météo n'arrangeait rien. L'escargot de Djoseph et Franchwès ne s'était pas sauvé de sa cage...

 

Mes-Images-2 2482 modifié-1

 

Au lit à 23h15 après cette première étape de 107 km.

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 29 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

12 juillet 2012.  Namur - Liège

 

Levé de très bonne heure. Mes hôtes n'étaient malheureusement pas encore en vacances, eux..

Petit déjeuner et mise en route à 7h30. Marie-Aline, partant travailler en vélo, me guide à travers les rues du quartier, vers le pont, passant par le parking souterrain de la gare et me laissant près de la piste cyclable le long de la Meuse.

 

Mes-Images-2 2488  Mes-Images-2 2501

 

Piste sans histoires, meilleure que celle d'hier, occupée à cette heure du matin par des myriades de canards et d'oies qui n'avaient pas encore décidé de se mettre à l'eau..

Je fais un bout de route avec un cyclo rentrant du Canal de Bourgogne. Pas content du revêtement: les sauts de sa remorque avaient eu raison de son axe de roue arrière qu'il avait dû bricoler tant bien que mal pour rentrer...

 

Arrêt à Andenne pour un coup de tampon à l'OT. J'espérais y prendre un café avec quelque chose à manger... rien au café à cette heure, si ce n'est qu'un Speculoos. Vivement les boulangeries/cafés allemands. Météo morne, ciel couvert, un peu de pluie, éclaircies puis d'autres averses...puis un coup de soleil: en fait, pas mal contrariant pour le cycliste qui ne savait plus comment s'habiller...

 

Arrêt à Huys pour un coup de tampon et un tour de cette ville sympa. A ce moment-là, la météo s'était dégradée alors ce sera le plat du jour dans une brasserie de la 'grand-place'.

Remise en route le long de la Meuse qui s'élargit progressivement, transportant des barges de 3 000 et même 4 000t ! Ecluses gigantesques comme celles qu'on avait vues sur le Rhin l'an dernier. Halage inégal.

 

Mes-Images-2 2508

 

Un peu comme la Sambre, la Meuse est bordée d'usines énormes, de cimenteries, d'activités de concassage, recyclage etc. et de grosses centrales électriques. Les villes tangentées ne respirent pas la gaieté: beaucoup de friches industrielles, commerciales, magasins fermés, à vendre... peu de monde dans les rues..

Un peu comme "South of the tracks" dans le Midwest américain...

On passe même une église en ruines.. pas bien gai tout celà.

 

Mes-Images-2 2500 modifié-1

 

L'inscription sur le Monument aux Morts d'un village traversé est claire et sans ambiguité... à bon entendeur salut !

 

Mes-Images-2 2494 modifié-1

"La race qui asservira les Belges n'est pas encore née..."

 

Mes-Images-2 2511

 

Passé la centrale électrique près de Seraing, tout devient difficile et dangereux.

Le halage s'arrête en cul de sac avec obligation de passer par le centre ville pour continuer.

Traversée du pont et continuation en face... Là, je me plante et me retrouve sur une route à 4 voies bordant la rivière.                   C'est l'enfer !

Collé deux trois fois par des camions, doublé à grande vitesse par des Fangios en Seat... pas de sortie en vue: d'un côté la Meuse directement en contre-bas de la route, de l'autre la barrière métallique divisant la chaussée... Oeil collé au rétroviseur et pédalage vif !

 

Après un ou deux kilomètres j'aperçois enfin une échappatoire à gauche: une rue perpendiculaire bordée de maisons. Vite !!

A l'abri de la folie de la 4 voies je refais le point sur la carte et me dirige vers ce que je pense être le 'centre'... Je ne voyais plus de marquage Ravel et roulais à l'estimée.. Grand stade à droite.

Un cycliste m'indique le chemin et le pont à traverser, une fliquette peaufine les directions et un second cycliste me mène à la rue Georges Simenon, pratiquement devant l'Auberge de Jeunesse de Liège, objectif de cette deuxième étape.

La météo était trop incertaine pour envisager le camping.

 

N'ayant pas la carte des AJ, je paye un petit supplément et l'affaire est réglée.

Pas grand monde ce soir. Résultat: une chambre seul.

Rock'n'Roll est garé dans la cour sécurisée.

 

Douche et un tour en ville. La météo s'était améliorée. Même un peu de ciel bleu avec cumulus, certains un peu noirs malgré tout, donc pas de risques: j'emporte le K-Way..

 

Mes-Images-2 2520  Mes-Images-2 2530

 

Très belles architectures, beaucoup d'art nouveau; malheureusement les façades sont souvent noires et l'entretien irrégulier.. J'aime le mélange de styles, la juxtaposition d'ancien et de moderne.. Les villes de Belgique sont très sympa pour ça !

 

Mes-Images-2 2534  Mes-Images-2 2535

 

Un croque-monsieur et une bière en guise de diner et au lit à 21h00. Seulement 70km parcourus, mais à 14.7km/h de moyenne tout de même !

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 28 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

13 juillet 2012.  Liège - Aachen.

 

Réveil à 7h00 après une nuit OK jusqu'à 3h00. Tourné et viré ensuite. Ciel plombé, crachin, vent (d'ouest). Tout est trempé dehors. Ca commence bien !  Aujourd'hui ce sera départ en habits de pluie: veste, pantalon..

Au petit déj, je rencontre un Savoyard d'Argentière ! Causette sympa; puis en bâtant Rock'n'Roll, un journaliste allemand de Berlin, rentrant de vacances vélo en Côtes d'Armor. On passe un moment à parler de la Bretagne, de ses vacances et de mon voyage. On convient de reprendre contact l'an prochain à Berlin lorsque j'y passerai.

Mise en route vers 09h00 le long de la Meuse, d'abord à travers le parc, puis sur pistes et routes calmes jusque dans les faubourgs pour rattraper le Ravel RV4 à Chênée.

 

Mes-Images-2 2539

 

C'est là que les hostilités commencent avec une grimpette dans une rue pavée... bonheur à côté des rues pavées que j'allais trouver en Allemagne de l'est un peu plus tard.

 

Mes-Images-2 2541

 

C'est l'ancienne voie de chemin de fer N° 38 transformée en voie verte qui prend la relève après les pavés. Piste en béton super agréable, bien différente des bords de Sambre. La progression se fait en montée douce. Tout est trempé mais bien vert. Passage en plaine, en forêt, dans des villages coquets, fleuris, mais souvent vides..

Le pantalon et la veste sont mis, enlevés, remis, re-enlevés je ne sais combien de fois. J'étais pas mouillé par la pluie, mais baignais dans mon jus tant la température douce et l'effort faisaient transpirer.

Abords de Micheroux sous une pluie battante: sinistre, un peu athmosphère pays de l'est !  Arrêt un peu plus loin à Battice pour lire l'histoire du fort.

La belle piste en béton devient une cendrée noire et détrempée...

 

L'idée était de faire un pique-nique le midi, mais la pluie a contrarié le projet.

La sandwicherie d'Aubel était bondée alors ce sera le Turc près de l'ancienne gare et un sandwich Pita super bon.

Mon voyage l'intriguiait, il ne pouvait pas imaginer qu'un vélo puisse faire tant de kilomètres... pourtant le Tour de France passait à la télé, nous rappelant que celà faisait 45 ans jour pour jour que Simpson était mort en haut du Ventoux.... faisait plus chaud alors !

 

Mes-Images-2 2554

 

Remise en route sur une piste très très grasse.. Le ciel s'éclaircit. Enorme croix en haut d'une côte en plein champ à Hombourg. Probablement un lieu de pélerinage.

 

Mes-Images-2 2560

 

Sippenaeken: nouvelle rincée à l'abri dans un arrêt de bus. Le gros soleil peint sur le mur n'a rien changé;

Attente que ça se calme.

 

Mes-Images-2 2562

 

La route commence à monter sérieusement, puis à redescendre.. (se méfier des longues descentes: on les paye toujours !)

 

A Gemmenich, un buveur de bière me prévient que la côte menant aux Trois Frontières (Allemagne/Belgique/Pays-Bas), fait 22%... Je pense qu'il s'est mélangé les pinceaux avec le degré alcoolique de sa bière.

La côte était très longue et raide, mais ne dépassait pas les 8% à mon avis.

 

Mes-Images-2 2567

 

N'empêche qu'elle était pénible, mais j'en suis arrivé à bout sans avoir à pousser le vélo !  Arrivé au sommet j'étais bon à essorer malgré tout.

Un coca, un tour du 'plateau' où se rencontrent les trois pays; une photo souvenir de Rock'n'Roll devant les drapeaux, une médaille commémorative du lieu (l'OT n'avait pas de tampon..), une énorme averse et enfin, remise en route vers Aachen, en descente. Faudra que j'attende de quitter la ville le surlendemain pour photographier une pancarte "Aachen".  Mon petit chemin n'en comportait pas, pas plus que le panneau bleu et étoilé "Deutschland"...

Aix n'est qu'à quelques kilomètres de là. Ville superbe abordée par un parc et des rues pavées, bordées d'arbres.

Quelques problèmes pour trouver l'OT où une dame un peu pète-sec (mais efficace) me trouve un hôtel non loin du centre. Je lui avais demandé s'il y avait des Gasthaus.... 'Pas de Gasthaus monsieur. Ici on est en ville', qu'elle me dit !

A l'hôtel tout est mis à sécher. Vélo en sécurité dans le sous-sol.

Une douche, un change sec et retour à pied en ville pour une première découverte. La pluie avait cessé, mais le ciel était encore bien chargé. Ce premier tour révèle une multitude de choses à voir le lendemain: le Dom, la Mairie, les musées, les rues, les vitrines de pain d'épice...sans oublier les brasseries.

La pluie n'allait pas me gâcher le 14 juillet !

 

Mes-Images-2 2603  Mes-Images-2 2578

 

Curry wurst et bière; coucher de "soleil" extra derrière le Dom et retour à l'hôtel pour préparer le programme.

 

Aujourd'hui, 58 km seulement, mais qui paraissaient 3 fois plus tant j'avais dû m'arrêter de fois pour 'habillage/deshabillage'.. et tant certaines côtes avaient été pénibles.

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 27 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

14 juillet 2012 - Etape à Aachen; visite de la ville.

 

La KaiserRoute Radweg démarre à Aachen, ville de Charlemagne. Ne pas s'y attarder pour en visiter les hauts-lieux serait un peu comme si un Pèlerin de Compostelle faisait l'impasse sur Le Puy en Velay...

Alors, sous un ciel plombé, gris, pluvieux et venteux, après avoir bataillé avec un car de locustes du 3ème âge qui a ravagé le buffet du petit déjeuner en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, je m'élance à travers les rues de la ville...content de ne pas être au camping municipal..

 

Mes-Images-2 2609

 

Cathédrale, Trésor, Rathaus, Musée Suermondt-Ludwig... devraient m'occuper pendant une bonne partie de la journée.

 

Mes-Images-2 2655 modifié-1

 

Mise en route vers 9h30, un peu tôt pour les visites prévues. J'en profite donc  pour voir si je peux trouver un porte-cartes pour ma sacoche de guidon, l'ancien s'étant décollé à force d'ouvrir et de refermer le velcro.. Bredouille.. Semblerait que le matériel Vaude soit moins facile à trouver qu'Ortlieb.. et malheureusement les fixations ne correspondent pas.

 

Mes-Images-2 2627

 

Pluie, pluie, pluie... visite de la Cathédrale magnifique de forme très originale. La partie octogonale centrale fait en sorte office de nef.. J'y reste une bonne heure, la tête en l'air à en absorber les détails. L'appareil photo peine à tout emmagasiner: je regrette de ne pas avoir un plus grand angle. Tant pis, ce seront des plans séparés.

 

Mes-Images-2 2634 modifié-1

 

Dommage que la petite châsse contenant les reliques de Charlemagne soit si loin, au fond du choeur.

Les rues se remplissent peu à peu. Le marché, installé autour de la cathédrale attire du monde. Les vitrines de magasins rivalisent dans leurs décorations. Le pain d'épice est roi dans les pâtisseries. 'Petits cochons' marqués "Bon voyage", "Bonne route", un peu comme ceux que l'on achetait à la Foire du Trône, cours de Vincennes lorsque j'étais enfant...

 

Mes-Images-2 2595

 

Montée à la place de l'hôtel de ville et visite... un tableau de Charlemagne dans une pièce, celui de Napoléon dans la salle du Conseil, magnifique salle des fêtes en haut d'un escalier monumental dont les fenêtres donnent sur la cathédrale.

 

Mes-Images-2 2683

 

La pluie continue de tomber, fine et pénétrante.

 

Mes-Images-2 2667

 

Déambulation dans les rues. Architecture contrastée.

 

Mes-Images-2 2744

 

Passage à l'OT pour directions vers le musée Suermondt-Ludwig. Là, je découvre une splendide collection de boiseries religieuses du moyen-âge, statues, retables, triptiques.. Une collection surprenante de maîtres flamands des 15, 16 et 17è siècles... vitraux, peintures contemporaines... un musée passionnant (et vide de visiteurs) !

 

Mes-Images-2 2740 modifié-1

 

Entre temps la météo s'est finalement dégagée et il ne pleut plus ! Retour à l'hôtel pour un chouïa de détente avant de repartir pour dîner. Un néon dans une médiathèque me rappelle que: "If you wanna rock, you gotta roll"...

Je profiterai pleinement de cette recommandation pendant les jours à venir.....

Super journée étape avant de démarrer la KaiserRoute Radweg demain.

 

Mes-Images-2 2697  

Il lui manque les fleurs dans la barbe...

Le circuit de découverte "Charlemagne" est matérialisé au sol...

Le circuit de découverte "Charlemagne" est matérialisé au sol...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 26 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

15 juillet 2012: Aachen - Berg (tout près de Niddegen)

 

Réveillé et levé de bonne heure.

Depuis le petit matin, la pluie tombait en trombes.... Ciel gris plomb, plus triste encore qu'hier.

Petit déjeuner sérieux. Ce matin le buffet est épargné. Les locustes doivent encore être au lit...

Rock'n'Roll est bâté et prèt à partir vers 9h00.. je traînais dans le vain espoir que le ciel se dégage...

J'enfile la veste de pluie, mais ne mets ni pantalon, ni guêtres: kolossale erreur !

 

Paumé dès le troisième coup de pédale, comme à chaque sortie de ville. (Le début de la Radweg est bien marqué, généralement du côté de l'OT, puis on dirait que des esprits malins se sont amusés à retirer la pancarte suivante au 1er carrefour).

Faut pas perdre la petite couronne verte, emblème de la KaiserRoute, de vue.

 

Route retrouvée un peu plus loin sans trop de soucis. Passage dans des banlieues résidentielles friquées. Arrêt face à une caserne à la sortie d'Aachen pour enfiler le pantalon de pluie tant ça tombait... mais pas encore les guêtres (persistance dans la Kolossale erreur).

 

Mes-Images-2 2747   Mes-Images-2 2745

 

Déluge à Kornelimunster. Je m'abrite tant bien que mal sous un gros chêne. Pas long avant que ça ne soit pire encore sous l'arbre.. Un peu de soucis pour retrouver le chemin qui passe dans le beau village, sans panneaux.

 

J'en profite pour faire une deuxième halte dans un abri-bus. 

 

Rien de particulier jusqu'à Derichsberg, où peu après, la Radweg m'emmène dans un champ détrempé. Impossible d'avancer, donc ce sera marche arrière et un 'raccourci' par la route jusqu'au patelin suivant.

Au carrefour, sortant du bourbier,  je rencontre un couple de cyclos français qui rentraient d'Istanbul après un périple de près de 8 000km durant lesquels les éléments s'étaient montrés particulièrement contrariants: pluie, froid, neige...ils avaient eu droit à tout . Marre de la tente mouillée, de l'humidité.. une seule envie: rentrer à Angers par la route la plus rapide..

 

Mes-Images-2 2748

 

Je leur donne des indications grosso modo pour la partie française, des points tournants, des écueils vécus à éviter, un itinéraire succint pour le trajet Paris -Orléans...

On se quitte. Bon courage les amis !

Neuenhammer et sa pancarte "STO". Je ne sais pas ce que cela signifie, mais sous la pluie battante mon périple en prenait la tournure...

 

Mes-Images-2 2749

 

Persévérance ou obstination: "that is the question". Où est le trait fin qui délimite ces deux comportements si différents ? 

Une chose était sûre: je ne baisserais pas les bras. Je pensais à Emiljo de Lorient qui avait fait la Via Carolina seul, sous 3 semaines de pluie... allant jusqu'au bout ! Alors, moi, je n'avais pas le droit de me plaindre, d'autant plus que je pouvais dormir au sec dans le pire des cas...

Montée dans le Parc National du Nord Eifel. Ca doit être très beau en été...Hêtres, pins, cours d'eau, grand calme, belles routes très peu fréquentées. Super descente vers Schevenhütte où un nouvel abri-bus me permet d'essuyer l'appareil photo que je n'osais pas trop sortir. Route agréable et plate, mais pluie +++

 

Mes-Images-2 2750

 

L'odeur de feux de bois dans les villages traversés était un peu curieuse pour la saison...

A Jungersdorf je me paume de nouveau et finis à Merode. L'heure suivante sera un zig-zag non stop jusqu'à Lendersdorf/Niederau où finalement je redécouvre la Radweg passant sous le pont enjambant la Rur.

 

Mes-Images-2 2764

 

Magnifique piste en sous-bois longeant la rivière.

 

Mes-Images-2 2755

 

Quelques éclaircies. Au camping juste après Udingen je remarque un autel en plein air... probablement là pour permettre aux campeurs d'aller implorer les divinités -locales ou de plus haut niveau - de leur donner un peu de soleil, histoire de rendre les lieux moins sinistres.

A regarder les flaques d'eau et les moisissures qui ornaient les caravanes, ça allait demander plus qu'une prière..

 

Mes-Images-2 2761

 

  Un peu plus loin, à Obermaubach, la Radweg longe une immense retenue d'eau et mène vers un premier raidillon.

A Zerkall ce sera de la route jusqu'à Berg. Nouvelle petite mise en jambes et puis c'est l'horreur de la côte de Niddegen: soit 1, (2, 3 ?) km de montée en virages qui n'en finissaient pas.

Comme aux Trois Frontières, je la monte sans mettre pied à terre, si ce n'est au milieu, pour enlever ma veste devenue sauna mobile.. Pas peu fier le cycliste..

Arrêt à la station Aral en haut de la côte pour un coca. J'en profite pour laver succintement le bas du vélo, devenu une masse de boue suite aux passages dans les chemins détrempés. L'arrosoir de la station service est bien utile.

Dernier coup de cul jusqu'à Berg, qui malgré son nom n'est pas perché plus haut que Niddegen. Belle perspectives. J'y trouve une pension super sympa: l'hôtel Rosenflora. Le patron parle anglais. Sa femme, qui gère l'affaire, est aussi aux fourneaux. Gens très sympathiques. Etablissement à recommander aux cyclos de passage. 

 

Mes-Images-2 2765

 

Tout est trempé et mis à sécher: l'eau a même réussi à s'infiltrer dans mes sacs étanches à rouleau... Séchage des chaussures, (bourrées de PQ), au sèche-cheveux: demain je mettrai les guêtres, promis !

...d'autant plus que le ciel ne semblait pas vouloir s'éclaircir..  Au passage, coup d'oeil sur le toit d'à côté. Non je n'avais pas trop bu; il s'était seulement un peu affaissé par endroits,

probablement aidé par la météo..

 

Mes-Images-2 2771   Mes-Images-2 2770

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 25 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

16 juillet 2012: Berg - Bergheim

 

Réveillé de bonne heure: je dois rêver ! Il ne pleut pas !!  ...et le ciel est même assez clair à l'est. Le soleil fait une tentative pour passer au-dessus de la bande nuageuse !! Daniel a dû mettre le feu à un de ses cierges à Rochefort..

 

Rock'n'Roll est bâté méthodiquement après un coup d'huile sur la suspension avant et la chaine qui rouillait déjà ! (n'a probablement pas aimé le lavage hier après-midi).

Mise en route vers neuf heures et quart avec Bergheim comme objectif. Vu la prévision météo de la journée, le patron m'avait trouvé un hôtel/pension modeste à Bergheim, sur "Zum Biotop" (drôle de nom de rue...).

 

Mes-Images-3 2773

 

Il me conseille un raccourci à la sortie du village, plus joli que la Radweg et surtout en descente sur la majeure partie.

Après un petit raidillon dans "Zum Breidel", histoire de se mettre en jambes, ce sera une directe sur Embken sur une piste 'verte' qui passe dans des champs de céréales de toutes sortes, de betteraves, maïs..

A la Neffelsee, je décide de mettre les guêtres, histoire de ne pas être pris au dépourvu car le ciel allait sans doute encore nous jouer des tours. Belle route plate de Geich à Vettweiss. Achat de timbres à la petite poste/épicerie (grècque) du village et continuation sur la KaiserRoute 'alternative' le long de la voie ferrée. Incroyable route en pavés autobloquants sur des kilomètres. Un rayon de soleil: cycliste heureux !

 

    Mes-Images-3 2775

 

Au lieu dit 'la mare aux oiseaux': directe sur Kelz (non mentionné sur la carte). Montée au Nord Ouest sur une route départementale 'jaune' pour rattraper la KaiserRoute (KSR) en direct. Sortie de Novenich, une pelle hydraulique ahane sur la route derrière moi. C'est une Case verte qui me double et qui doucement s'éloigne... La caravane passe...

 

Mes-Images-3 2777

 

A la sortie de Pingsheim la KSR continue en plaine. Au premier virage du chemin ce sont des hectares de cerisiers bâchés de plastique (cause intempéries) qui m'accueillent, suivis de framboisiers et de fraisiers.

 

Mes-Images-3 2780

 

Il est midi et j'aperçois une "nuée" de cyclistes sur le chemin. Ce sont les 350/400 femmes roumaines qui cueillent les fruits à longueur de journée qui rentrent à la ferme pour la pause déjeuner. Le contremâitre me dit qu'elles font 40 000 barquettes/jour.

 

Mes-Images-3 2783

 

Son champ fait pas loin de 100 hectares et il en a 5 autres, tous pareils..."Strawberry fields forever"..

 

.Mes-Images-3 2784

 

Lechenich, Brugen, le Château de Turnich en piteux état.

 

Mes-Images-3 2790

 

Une cycliste qui me suivait sur la piste me supplie d'arrêter alors que j'allais aborder un petit pont ! Elle m'informe que tous les clous au centre du pont dépassent des lattes en bois et que c'est une catastrophe pour les pneus de vélo. Elle a raison: la rangée de clous n'a plus de têtes. Les pointes dressées attendent le passage du cyclo insouciant... La pauvre femme était rouge et époumonnée d'avoir appuyé comme une bête sur ses pédales pour me prévenir... Un grand merci pour tant de gentillesse !  Arrêt un peu plus loin pour un petit pique-nique au bord de l'Erft, rivière canalisée sans intérêt, de quelques mètres de large, bordée de grandes fleurs roses... Prisonnière, peut-être parcequ'ici on n'aime pas le désordre d'une rivière qui n'en ferait qu'à sa tête..

 

Mes-Images-3 2791

Cette partie de la Radweg est triste. Elle longe une autoroute bruyante. Pas grand chose à voir.

Rencontre avec un Allemand de mon âge en route pour Paris !

Arrivée à Bergheim sous un ciel bien bas et menaçant vers 15h00. Pas d'OT, mais un employé du Centre Culturel me met sur la route de l'hôtel, évidemment à l'opposé de la ville, où j'étais passé 20 minutes avant. Une ou deux rues piétonnes, commerçantes, une porte monumentale au bout d'une d'entre elles, un parc.. un peu triste sous le "ciel d'automne.."

 

Mes-Images-3 2794

 

L'hôtel est basique, genre AJ, froid mais nickel de propreté. Pas de restaurant: seulement le petit déjeuner. Pas de soucis, ils ont une pièce pour ranger le vélo: comme à Prague l'an dernier, ce sont les femmes de la lingerie qui n'étaient pas particulièrement ravies...

Les cieux s'ouvrent soudain: nouvelle averse kolossale. Pas question de retourner en ville pour diner. Ce sera malheureusement le McDo de la zone commerciale en face.

Le présentateur de la météo est aussi dépité que le temps. Heureusement qu'il n'est pas payé au jour de soleil annoncé !

19h30: traversée du parking pour "diner".

Chez McDo c'est l'odeur qui devrait leur logo, pas le grand M jaune....

"Repas" insipide, collant, mou, tiède, dégoulinant... Pourquoi ne suis-je pas allé acheter une salade au Netto tout proche ???

 

Mes-Images-3 2778

 

Journée de pédalage un peu morne, j'espère de 'transition' seulement. Météo en dents de scie, à peu près acceptable, mais prévision pessimiste pour les jours à venir...

A perte de vue...

A perte de vue...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 24 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

17 juillet 2012: Bergheim - Erkrath (Neanderthal)

 

Réveillé par une pluie battante sur le vélux de la chambre.. encore une journée qui commence bien ! Ciel bas et gris, bien chargé qui n'augure rien de bon...

Mise en route relativement tôt vers Neanderthal, hypnotisé par cette destination qui me paraît tellement surréaliste. Elle était certainement plus bucolique il y a 40 000 ans.. Pas de choix ce matin: Veste, pantalon de pluie et guêtres...

1ere erreur de parcours: plutôt que de passer en ville j'aurais dû rattraper l'Erft passant à côté de l'hôtel. Résultat: à peine en route, je me paume !

Après quelques errements dans les rues de Bergheim et Bedburg, une brave dame me remet sur la route. Passage en sous bois, sur des chemins pas mal trempés par la pluie qui n'en finit pas de tomber ..

 

Mes-Images-3 2799

Deux escargots profitent du peu de passage pour traverser..

 

A Frimmersdorf, débouchant au coin d'une rue, la "réalité" de la région me frappe en plein visage.

Mes-Images-3 2800

Les sous-bois calmes font place à la grosse industrie: structures énormes, cheminées, tours de refroidissement de centrales thermiques, enchevètrement de canalisations et de tuyauteries aériennes à perte de vue, bâtiments, néons, convoyeurs, fumées ... rien ne manque à l'appel. C'est laid !

Sur le plateau, c'est encore bien autre chose ! 

 

Mes-Images-3 2801

 

D'autres tours de refroidissement en lisière des champs crachent une vapeur qui se confond avec la base des nuages tant ils sont bas. Par endroits on ne voit même pas le haut des tours...

 

Mes-Images-3 2802

Pylônes et cables de haute tension strient le ciel dans toutes les directions.. Scène incroyable de gigantisme.

La pluie rajoute une couche déprimante à cette vision apocalyptique...

 

Mes-Images-3 2803

 

Belle descente jusqu'à Vanikum. Rien de particulier à mentionner.

Rommerskirchen: village propret, bien aligné, stérile et triste..

Un peu plus loin, arrêt rapide au "Klosteranlage Knechtsteden" (Cloître) pour voir ce dont il s'agit: magnifique lieu de retraite, d'étude et de méditation. Gros centre. Voir photo en fin d'article.

Continuation sur la route 'jaune' via Straberg et Nievenheim, faisant une entorse à la Radweg. Cap à l'est vers Stadt Zons passant dans des champs de courgettes, de rhubarbe à perte de vue.

La Radweg mène directement au Rhin. Un bac en assure la traversée.  €1,5 pour Rock'n'Roll et moi. Gros Rhin actif, bouillonnant, transportant des barges énormes

 

.Mes-Images-3 2815

 

Trois à cinq minutes pour rejoindre la rive opposée, en faisant un gros arc de cercle pour contrer le courant. D'autres véhicules attendent en face.

 

Mes-Images-3 2820

 

Après un arrêt pique-nique sur le bord du chemin, dans un bois, j'arrive à Baumberg. Mais d'abord, faut passer par un chemin épouvantable complètement défoncé par les forestiers qui débardent des grumes. Pas question de mettre le pied à terre... de toutes façons il n'y en avait plus... ce n'était que de la boue et d'immenses flaques d'eau.

Un peu plus loin on passe Langenfeld puis Hilden qui semblent être des banlieues friquées de Düsseldorf: élevages de chevaux, manèges, grosses berlines...

Un peu Chantilly/Senlis mais en plus récent.

La Radweg se perd de temps en temps...à moins que ce ne soit moi ?

Majestueuses forêts de hêtres.

 

Mes-Images-3 2826

 

Je pensais avoir trouvé une pension en bas de la côte de Kempen. Pas de chance, elle était fermée. On m'indique Trills, le village d'à-côté. Une méga-côte m'attend... je ne trouve rien là non plus ! 

N'ai plus qu'à continuer vers Neanderthal. Après la montée, longue descente par un chemin en forêt menant à la statue de "l'homme" du lieu, planté au carrefour du musée.

 

Mes-Images-3 2845

 

Gasthaus fleurie juste en face. "Complet"... qu'on m'annonce, avec un brin de dédain.. mon allure de Cro-Magnon a dû contribuer à refroidir les propriétaires.. (j'avais encore tout mon attirail de pluie et leur moquette était bien claire...). Voir photo en fin d'article

Ils m'indiquent Erkrath, à 3 km en bas de la côte.. Là je trouverai certainement.. Je m'arrête au premier panneau "Pension".

Elle est tenue par des Serbes. Les chambres sont minuscules. Pas de garage pour le vélo alors, après un brin de négociation, il passera la nuit dans la chambre avec moi.

On était un peu serrés mais pas question de laisser R'n'R sur le trottoir dehors.

Repas consistant avalé avec deux bières (fallait bien ça..). Un tour rapide en ville vers 20h00 pour trouver un DAB. Tout est bouclé, fermé, plus un chat.... sauf un ou deux alcolos refaisant le monde à grand coups de gueule devant chez Netto.

Journée passée en guètres et à enlever et remettre le pantalon et la veste de pluie..

Demain, ne pas louper le musée !

Le Klosteranlage Knechtsteden, Rock'n'Roll à l'étroit et l'hôtel à la trop belle moquette...Le Klosteranlage Knechtsteden, Rock'n'Roll à l'étroit et l'hôtel à la trop belle moquette...Le Klosteranlage Knechtsteden, Rock'n'Roll à l'étroit et l'hôtel à la trop belle moquette...

Le Klosteranlage Knechtsteden, Rock'n'Roll à l'étroit et l'hôtel à la trop belle moquette...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 23 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

18juillet 2012. Erkrath - Wengern

 

Bien dormi malgré l'exiguité de la chambre. Petit déjeuner allemand habituel. Ciel plombé, bas, menaçant... mais pas encore de pluie.

Premier objectif de la journée: visite du musée de Neanderthal. Je bâte mon dragon de bitume dans le petit hall de la pension.

Trois kilomètres de mise en jambes dans une côte pas trop difficile. Faut pas tuer le cycliste dès le départ !

A mi-chemin la route est barrée.

 

Mes-Images-3 2841

Des arbres sont tombés et les services de la voierie sont au boulot. Ca me rappelle notre pont de l'an dernier (cf. article Paris - Prague -Tchéquie 3-2)... Pas question de faire un détour de 20 km ! Les gars me font signe de passer sur le côté. Photo aditionnelle en bas.

 

9h30: suis au carrefour du musée. C'est bien calme.. en effet, Neanderthal ne se lève qu'à 10h00. Pas question de louper la visite alors il n'y a qu'à s'asseoir sur un des bancs et attendre. Entre temps, le soleil fait quelques très timides apparitions. Le mannequin dans le hall surveille la porte !

La visite valait l'attente et les € 8 d'entrée. Pas d'étages: seulement un sol incliné en spirale ascendante retraçant la progression de l'humanité des temps les plus reculés jusqu'à l'époque moderne.

 

Mes-Images-3 2865

 

Des mannequins plus vrais que nature ponctuaient les millénaires traversés. Celui accoudé est troublant, à peine différent de ce que l'on peut croiser de temps en temps dans la rue !

 

Mes-Images-3 2857

 

Il aurait fallu passer plus de temps à lire les explications, regarder les objets exposés.. mais il était déjà 11h00 et Rock'n'Roll et son pilote avaient encore bien des kilomètres à parcourir avant le soir.

Dès le début de la côte vers Mettmann je loupe la bifurcation de la Radweg et me paume...rien de nouveau !

Alors ce sera Mettmann direct puis la "route n°. 7" vers l'est afin de rattraper la piste vers Hahnenfurth.

A Eistringham je rencontre un couple de cyclistes allemands perplexes devant leur carte. On compare et on fait un bout de route ensemble. A Düssel on se trompe tous les trois... (y'a pas que moi !).

Après une excursion à travers un parc d'activités on se résoud à redescendre une longue côte que l'on venait de monter... car la piste ne pouvait se trouver qu'en bas..

Un miserable panneau retourné nous remet sur la route. On continue sur une quinzaine de kilomètres.

Mes compagnons parlaient Français et Anglais, nous permettant d'échanger quand les côtes ne nous prenaient pas tout le souffle.

Sortie de Neviges les choses se gâtent sérieusement. Les montées sont longues et pénibles.

Le soleil s'en mèle, nous faisant transpirer comme des bêtes. Malgré celà on passe Oberlünes, Schwagenscheidt sans mettre pied à terre. Trois kilomètres de montée continue à travers des paysages vallonés et boisés. Un coup de cul supplémentaire à Treibel puis ce sera une super longue descente jusqu'à Langenberg..

Je n'ose pas laisser R'n'R filer la bride sur le cou car mes patins de freins ne m'inspirent pas... alors j'en profite plus longtemps.

Quelques photos de la ville et je quitte les Allemands.

 

Mes-Images-3 2877

 

Ils m'avaient conseillé Hattingen direct plutôt que de suivre la Radweg qui fait une boucle de 35/40 km vers l'ouest pour contourner une des nombreuses "See" le long de la Ruhr.

Vu l'heure et la visite du matin, c'était une excellente idée.

De nouveau faut affronter des côtes qui n'en finissent pas. Langenberg et Hattingen sont dans des vallées... J'aurais du mieux étudier le sens des rivières. Je me serais rendu compte du relief à venir..

Finalement à Hattingen, je me re-paume en cherchant la Radweg en bord de Ruhr. Une automobiliste m'indique le bon chemin après plusieurs AR dans une zone industrielle en cul de sac et un brin d'énervement ponctué de jurons choisis...

 

Mes-Images-3 2889

 

Super piste bitumée, pas mal fréquentée, longeant une Ruhr large, belle, active et bouillonnante, débordant par-ci, par-là sur des berges bordées de saules. A Welper, la piste remonte à travers un petit bois vers la rue principale du village. Ces quelques centaines de mètres me cassent les genoux: je finis à pied, poussant le vélo qui semblait peser une tonne.

Jolie petite place à Blankenstein, où enfin, à 15h00, je peux déballer mon sandwich.. Un couple d'Allemands avisent mon Gwen a Dhu breton. Celà fait 30 ans qu'ils vont en Bretagne... Brin de causette (en Français).

La maison bancale en bordure de la place attire pas mal de photographes..

 

Mes-Images-3 2894

 

Remise en route sous le soleil qui s'était finalement décidé de rester. Jolie ballade le long de la Kemnader See (en fait un élargissement de la Ruhr).

Arrêt quelques instants à Hans Herbede où Rock'n'Roll a eu des frissons devant la taille des pignons (de vélo allemands ?)... Ici c'est du costaud !

 

Mes-Images-3 2902

 

Traversée de la Ruhr et continuation sur une piste bordée de fleurs et de grandes herbes folles.

Belle lumière d'après-midi.

 

Mes-Images-3 2909

J'avais visé Bommern comme destination de la journée. Ce sera finalement Wengern, quelques kilomètres plus loin. Pas le courage de chercher un camping.. un peu flémard le cycliste...

La Gasthaus dispose d'une grande salle pour ranger les montures. Rock'n'Roll se joint à une équipe de vélos électriques entrain de se refaire une santé, branchés à la prise du mur.

J'en profite d'être "à l'aise" pour changer mes patins de frein. Mon vélo est équipé de Magura H11. Changer les patins est un jeu d'enfants. En   15 minutes tout est remonté, réglé et testé.

Rapide tour du village. Monument aux Morts très martial sur lequel se dresse un soldat de la guerre de 1870..

 

Mes-Images-3 2919

 

Diner à la Gasthaus. Ca se bagarre en cuisine car le Biergarten est complet, le soleil essayant de faire pardonner son absence des semaines précédentes.. Il fait tellement beau qu'on en arrive à ne plus se souvenir de la misère des jours précédents...

Parcours tantôt bucolique, tantôt diabolique... "ups and downs", villes et campagnes.. c'est un bien curieux parcours qu'a fait Charlemagne !

L'homme porte le nom du lieu - Super voies cyclables - Changement de patins de frein à l'hôtel.
L'homme porte le nom du lieu - Super voies cyclables - Changement de patins de frein à l'hôtel.
L'homme porte le nom du lieu - Super voies cyclables - Changement de patins de frein à l'hôtel.

L'homme porte le nom du lieu - Super voies cyclables - Changement de patins de frein à l'hôtel.

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0

Publié le 22 Septembre 2012

 

Bannière avec blason Leipzig modifié-2

 

19 juillet 2012. Wengern - Körbecke (Möhnesee)

 

Longue étape pleine d'habillages et de deshabillages... Démarrage à 9h00. Je commence la journée en me trompant de route.. (en fait je la prends en sens inverse...).

Résultat: ai monté la côte entre Wengern et Bommern croyant que la Radweg repartait d'en haut... C'était en fait pour mieux la redescendre ! Ca chauffe les mollets.

Ruhr large et fougueuse, grise. Météo OK pour l'instant, mais gros nuages menaçants quand-même.

                                                     "Y paraît" qu'on va vers le beau temps ?

A Wetter, traversée du pont et deuxième plantage. Cette fois-ci, des flics rentrant au poste me remettent sur la bonne route.

 

Mes-Images-3 2941

 

Longue et belle Radweg rive nord de la Ruhr le long de grosses installations électriques, jusqu'au viaduc de Herdecke.

La pluie commence à tomber.

 

Mes-Images-3 2942

Les Allemands avec qui j'avais fait un bout de route jusqu'à Langenberg hier arrivent pendant que j'enfilais mes habits de pluie. Surprenant que l'on se retouve une deuxième fois... Ils avaient campé et cherchaient un endroit pour prendre leur petit déjeuner. On se quitte au premier bourg.

 

Mes-Images-3 2950

Continuation le long de la rivière, tantôt au ras de l'eau, tantôt en sous-bois, jusqu'à Hohensyburg où la piste est barrée et oblige à passer par le camping en surplomb..

 

Mes-Images-3 2952

Chemin très pentu..

Je dois arrêter plusieurs fois de pousser le vélo tant le chemin est difficile.

Habits de pluie + efforts = chaleur ! En haut de la côte la bête dégoulinait de partout.

Même les lanières du casque étaient bonnes à essorer ! Un coup de tampon au bureau du camping désert (une tente...) par un employé aussi triste que le temps et c'est reparti pour une belle descente vers Westhofen. Passages sympas dans les bois et de nouveau le long de la Ruhr.

Hormis l'épisode du camping, l'effort fourni n'avait pas été titanesque, so far !

A Schwerte, coup de tampon et conseils à l'OT installé dans un magnifique bâtiment sur la place, puis direction Geisecke.

Traversée d'une réserve naturelle sur une piste en ligne droite qui n'en finissait pas...

 

Mes-Images-3 2968

 

Haies, fleurs, arbres, prairies, soleil, champs détrempés, énormes flaques d'eau laissées par les fortes pluies !

Les canards et les oies étaient à la fête. Vent Arrière sur un bitume impeccable: le rêve !!

 

Mes-Images-3 2969

 

La Radweg ondoie ensuite à travers la campagne. Le soleil aura été de courte durée: 15 minutes sous un gros arbre tellement ça tombait, puis, à peine ce refuge quitté, 10 autres minutes sous un pont de chemin de fer à côté de Lüttgenmühle avec d'autres cyclistes.. on aurait dit une réunion de cantonniers..

Le marquage de la KaiserRoute Radweg devenait plus qu'alléatoire. Alors, après un coup d'oeil sur la carte, je décide de suivre la "Ruhrtal Radweg", bien mieux indiquée. Son parcours se confondait avec la KSR pour un bon bout de chemin encore, donc pas de risque de s'égarer.

A Westick, je passe par la "Wernher von Braun Strasse".

 

Mes-Images-3 2984

 

Mon dragon de bitume crachait moins de flammes que ses fusées.. Parfois -quand le soleil faisait une apparition-  j'avais même l'impression que mes pneus, pourtant gonflés à 5 bars, collaient au goudron.  A 13 km/h la lune ne sera pas pour demain !

A Wickede, la KSR disparaît tout simplement des panneaux cyclistes ! Je me re-paume donc et finis sur la route 63, plein nord, en direction de Werl en me disant que je retrouverais bien la piste au carrefour de "Werlerwald", à l'intersection avec la "Zabel" Radweg.

Côte pentue et interminable, très passante car elle mène à l'autoroute 61. Le soleil donnait fort. Au carrefour, où normalement je devais tourner (pour prendre une route sud-est à travers un bois, d'après la carte..), pas de panneau KSR, alors je me dis que le parking en face, qui bordait un chemin s'enfonçant dans le bois, devait certainement en marquer le départ.

Des croix peintes sur les arbres suivaient les directions et virages de la carte.. Personne dans la forêt de hêtres et de pins à qui demander une confirmation.

Chemin bien mouillé.

 

Mes-Images-3 2989

 

Tant pis, je continue, on verra bien..

Nouveau raidillon infernal en sortie de forêt après l'autoroute, juste avant le km 370 de la KSR.

Je débouche sur un plateau planté d'éoliennes géantes.

 

Mes-Images-3 2992

 

L'orage derrière gronde et me laisse juste le temps de m'habiller pour la énième fois. Seul en rase campagne, je me prends toute la force du vent, de la grêle et des trombes d'eau...

Devant un crucifix "fully equipped", le cycliste, à cheval sur la barre du vélo, dos à la tempête, attend patiemment que les éléments se calment..

 

Mes-Images-3 2993

 

Le bruit des éoliennes tournant à plein régime rajoutait au vacarme de l'orage..

La pluie cesse enfin, permettant une super descente vers Bremen. Je loupe la bifurcation, grisé par la vitesse.. Un bout de route 516 jusqu'à Niederense complété par un dernier coup de cul d'une dizaine de kilomètres, la plupart en descente, jusqu'à Körbecke, où j'arrête à 17h30 au premier hôtel trouvé. (y'en a que 2 le long du lac: un là et un à l'autre bout...).

Le business ne doit pas aller très fort car la fille de la réception est sortie quand elle a vu "l'équipage" s'arrêter au bas de ses marches: tout est mort, pas un chat, météo oblige !

Rock'n'Roll est débâté et remisé au garage, au sec. Le cycliste douché (longuement).. La lessive, humide de la veille,  est remise à sécher... Ce soir faudra reconstituer les réserves car le misérable sandwich d'à midi a été rapidement brûlé dans les nombreuses côtes et les multiples habillages et deshabillages de la journée.

Promenade digestive le long de la MöhneSee après le repas.

 

Mes-Images-3 3005

 

C'est cafard plus: les campings et les parkings (payants partout...) sont déserts, les cafés vides, les parasols en berne.. Les rares promeneurs sont engoncés dans des anoraks épais, des polaires...

Un dernier coup d'oeil de ma fenêtre avant de fermer pour la nuit.

 

Mes-Images-3 3011

 

Il pleut des cordes et la station service à côté, avec ses néons blafards se reflétant dans l'eau qui ruisselait, semble sortir tout droit d'un tableau de Hopper...

Voir les commentaires

Rédigé par johnsbikingtrips

Publié dans #Paris - Leipzig en vélo

Repost0